AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Liens que l'on croyait fort... et qui l'est [PV Stephen Ockley]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Omega lié à Stephen Ockley
Messages : 471
Expérience : 70
Date d'inscription : 15/04/2014
Nom de l'avatar : Inconnue
Localisation : Sens tu cette sensation de frais dans ton cou ? C'est mon souffle...

Feuille de personnage
Liens:
Doubles comptes:
MessageSujet: Liens que l'on croyait fort... et qui l'est [PV Stephen Ockley]   Sam 10 Mai - 18:02

♢"Lien que l'on croyait fort... et qui l'est"

with Stephen Ockley







    Dring ! Quoi dring ? J'ouvris un œil, essayant de me souvenir où j'étais. : Tu es là où tu dors d'habitude: . Confirmation de mon exaspérante petite voix. Rien n'avait changé, le lit assez confortable, du moins pour dormir, la table de nuit à qui il manquait un pied, donc légèrement penché et le canapé dont j'étais amoureuse, surtout les soirs en rentrant du travail. Enfin, si on peut appeler ça travail.... Même cela n'avait pas changé. J'étais toujours virée du petit bar, où des hommes machos m'avaient adressé la parole pas poliment du tout et j'avais un peu répondu. : Un peu, tu parles ! Il s'est pris un pain dans la tronche le pauvre !: . Le pauvre ? La bonne blague ! Il n'avait que ce qu'il méritait. Depuis j'avais retrouvé du travail : dans un autre bar, plus familial, moins moderne mais moins machos aussi. Le patron, Mr Firmin, manquait de personnel. Il ne pouvait alors rien refuser à un charmant sourire et des yeux doux. Je tournai mon regard émeraude vers l'appareil de torture, le réveil et essayai de lire l'heure. 8h12. Rendes vous à 9hOO. Oups ! Il fallait que je passe à la seconde vitesse si je ne voulais pas rater mon rendez vous. Je lui avais promis d'être à l'heure, pour une fois. Comme j'avais dit plus petite que " Quand je serai plus grande, je ne ferai pas comme les adultes et je tiendrai mes promesses" il fallait que je me magne.

    Les rues de Los Angeles commençaient à être animés. Certains magasins étaient déjà ouverts, d'autres sommeillaient encore. Ils avaient de la chance eux ! Je n'allais pas non plus me plaindre : j'allai retrouver l'unique Stephen. Son regard sombre mais pourtant si doux. Sa voix rocailleuse mais tendre. Ses bras forts et protecteurs. Bref Stephen, quoi. Mais derrière toutes ces qualités qui n'appartenaient qu'à lui se cacher un défaut. Certains ne qualifierait pas cela comme "défaut", mais pour moi s'en était un. Sa passion pour le foot. Qu'est ce qu'on pouvait trouver passionnant dans un ballon qui touche plusieurs pied, jusqu'à atterrir dans entre deux barres de ferre ? Et il n'est pas faux que je lui en voulais de passer autant de temps pour cette activité. Oui, c'est dur à croire mais je suis jalouse d'un ballon... Voilà presque un mois que je ne l'avais pas vu, que je lui envoyé des mails le plus souvent. Il me répondaient, ce n'est pas ça le problème. Seulement il me répondait comme si nous nous voyions tous les jours. Puis un soir, je reçois une invitation du genre "Je suis de passage en ville, on peut se voir si ça te dit". Si ça me dit ? Evidemment que oui ! Mais tu ne pouvais pas y penser avant ? Non, il ne pouvait pas... Trop occuper par son foot qu'il aime tant.


    Enfin aperçue le quartier où nous nous étions donné rendez vous. Quartier de Los Angeles, plutôt petit où nous habitions enfants. Mon oncle, Séromon Liehmsen, habitait toujours la même maison mais y était peu. Son travail de manager informatique ou un truc dans le genre le faisait beaucoup voyagé. Tout deux, nous sommes des amoureux du voyage, de la découverte des pays inconnus qui ressemblent tant au notre. En ces temps il était en France. Paris était une ville où j'aurais aimé vivre. Je dis bien était car je n'y pensais plus. Là-bas, Stephen y allait encore moins souvent que ici, en ville, dans les quartiers cachant des milliers de trésors. 8h57. J'étais à l'heure, il ne me restait qu'à tourner dans cette rue et... Un homme costaud aux lunettes noirs me rentré dedans sans même s'excuser.


"La politesse ça s'apprend !"


    Il se retourna à peine et un bruit rauque, de bête enragé sortit de sa gorge. Le pauvre, tout le monde ne peut pas être bien dans sa tête, il voulait juste se prendre pour une bête. Mes lèvres dessinèrent un léger sourire provocateur. " Je la connais bien mais ne l'emploie pas pour des êtres inférieurs". Êtres inférieurs ? Je n'étais pas un être inférieur ! La rage monta en moi. Non ! Je devais maîtriser... Trop tard... De fortes bourrasques firent envoler les feuilles morte autour de moi, arracher celles accrochées aux branches et emporta les choses trop légères. L'homme avait disparu. Non ! Il ne fallait pas de témoins ! Stop ! Mes pulsions cardiaques ne faisaient qu'augmenter. La chose revenait, elle était là. Pense à autre chose. Pense. Pense. Pense. Un ballon vint frapper ma tête, puis des yeux bruns vinrent me sortir de là. J'ouvris les yeux. Rien ne semblait s'être passé et il n'y avait ni ballon, ni yeux bruns. Ma première rencontre avec Stephen m'avait sauvée. Lorsqu'un de ses copain avait envoyé trop fort le ballon et qu'il avait atterrit sur ma tête. Stephen était venu le chercher. Stephen ! 9h03. J'étais en retard. Mes muscles réagirent aussitôt et mes jambes s'activèrent. Je courais, trébuchant de temps en temps et arrivai enfin au lieu dit. Un escalier donnant lieu sur une fenêtre d'un appartement se trouvait devant moi. Un escalier où Stephen aurait dut être assis. Mais il n'y était pas.

_________________
"I can't stay here by knowing there's nothing for me here now.[size=13]"[/size]



Dernière édition par Samy Liehmsen le Dim 10 Aoû - 20:46, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 178
Expérience : 88
Date d'inscription : 28/03/2014

Feuille de personnage
Liens:
Doubles comptes:
MessageSujet: Re: Liens que l'on croyait fort... et qui l'est [PV Stephen Ockley]   Dim 25 Mai - 11:20


Liens que l'on croyait fort... et qui l'est

Feat Samy Liehmsen

La rencontre avec Jared avait été quelque peu... Désabusée. Ce mec... C'était quelque chose ! Sans gène, encore moins poli ou agréable ! Était-ce sa vraie personnalité ? Ou alors un masque qui cachait un terrible vécu ? Pourtant, sur le coup, peu importait au jeune homme. Ce qu'il soulignait, c'était que l'attitude de ce gars lui avait fortement déplu, et espérait ne plus avoir à faire avec lui. Par ailleurs, qui était-il ? Car il était resté bien mystérieux à ce sujet. Tout ce qu'avait retenu Stephen, c'était ces questions étranges, peu subtiles et si... Ciblées. Comme si ce Jared quelque chose connaissait le secret du jeune homme. Mais comment ? Puis il s'en était allé, proposant à Stephen de le rejoindre. Ce que ce dernier n'avait pas fait. Il avait envie qu'on lui foute la paix !

Tant de temps sans réponses de Samy... Que lui arrivait-il ? Pourquoi ne l'appelait-elle pas ? Pourquoi ne lui répondait-elle guère non plus ? Stephen avait été inquiet pendant tout ce temps. Puis un mail. Et un autre. La jeune fille refaisait soudainement surface. Stephen était rassuré. C'est pourquoi il lui avait proposé de se retrouver dans le quartier où ils vivaient tout deux, enfants. Elle avait dit " ok " évidemment.

Stephen regarda l'heure sur sa montre. Oula, il n'allait pas être à l'heure ! Il enfila sa longue veste noire, et sortit de chez lui à pas pressé. Le lieu du rendez-vous se trouvait peu loin de là où vivait Stephen. Il décida donc de s'y rendre à pied. Il marchait d'un pas ferme et rapide, tandis que dans le ciel, les nuages se rassemblaient petit à petit, devenant d'un noir menaçant. Il allait pleuvoir ? Étrange, car alors qu'il se rapprochait du lieu dit, un vent inattendu se leva. Pourtant, c'était une si belle journée ! Le climat était-il si déréglé pour changer aussi rapidement ? Soudain, Stephen, plongé dans ses pensées, heurta un homme à l'allure bizarre. Ce dernier le dégagea de son chemin en l'injuriant. La colère monta en, Stephen, et sans pouvoir le maîtriser, une planche de clôture blanche échouée sur le trotoir s'éleva dans les airs et fut projeter sèchement sur le crâne de l'individu. Stephen ne se fit pas prier, il se mit à courir et ne s'arrêta qu'une fois hors de vue. Ce pouvoir... Il était incontrôlable. Mais peut-être allait-il lui falloir apprendre à s'en servir, afin qu'il ne surgisse plus contre sa volonté ?

Finalement, Stephen arriva au lieu du rendez-vous. Samy était déjà là, l'attendant patiemment. Oui, il avait près de dix minutes de retard. Lui faisant signe, il afficha un sourire gêné et lui fit " Coucou Samy ! Vraiment désolé ! J'ai croisé un drôle de type qui m'a limite agressé ! Comment vas-tu ? "


Narja - Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Omega lié à Stephen Ockley
Messages : 471
Expérience : 70
Date d'inscription : 15/04/2014
Nom de l'avatar : Inconnue
Localisation : Sens tu cette sensation de frais dans ton cou ? C'est mon souffle...

Feuille de personnage
Liens:
Doubles comptes:
MessageSujet: Re: Liens que l'on croyait fort... et qui l'est [PV Stephen Ockley]   Mar 27 Mai - 17:42

♢"Lien que l'on croyait fort... et qui l'est"

♦with Stephen Ockley





 " Coucou Samy ! Vraiment désolé ! J'ai croisé un drôle de type qui m'a limite agressé ! Comment vas-tu ? "



 Désolé ? Je regardai , le nouveau venu, comme s'il descendait d'une planète inconnue. Désolé ? Sa voix me résonnait dans la tête. Mes tempes battaient fortement la pulsation de mon cœur qui essayait de se calmer. Désolé ? C'était une blague et il fallait que je rigole. Toujours assise sur les marches de fer rouillé, la tête levée, mes deux petites étincelles émeraude ne voulait lâcher ce regard innocent. 



" Désolé ?" 



Un sourire ironique se forma à l'aide de mes lèvres déchirées par mes dents mais pourtant encore rosées. J'avais envie de crier de laisser cette main aller ou elle le souhaitait. Sur ce visage souriant, si beau, si attirant, si... innocent. Mes jambes, elles, ne tenaient plus et activèrent leurs muscles. Dans un bon je fus debout, à un mètre de Stephen. Mon regard devint plus perçant, plus agressif. Il fallait que je le dise, cette chose qui me brûlait la gorge. Cette chose, elle voulait sortir.



" Désolé ? Comment cela désolé ? Cela fait presque plus d'un mois que je ne t'ai pas vu, j'ai à peine reçu des nouvelles de toi !"



Je levai une main pour lui faire signe que je n'avais pas finis et qu"il me laisse parler. Aussi, je reculais craigant qu'il arrive à me calmer en me prenant dans ses bras réconfortant. Mais ce n'était pas à ses bras de me faire taire, c'était à lui parce qu'il n'avait aucune excuse, aucun argument qui me montrait qu'il était... innocent.



" Ne dis surtout pas que c'est moi qui ne t'ai pas donné de nouvelles ! J'ai attendue. Quoi, c'est vrai ! Ce serait toujours aux filles d'envoyer le message. Mais je ne veut pas être faible. Pourtant je n'ai aps résister et je l'ai fait. Ensuite tu m'as répondue, mais sinon, quand aurais je eu un mail de toi ? Dans trois ans ? Quand tu aurais été champion du monde de foot ? Mais non, suis je bête ! Tu m'auras oublié, moi, pauvre fille. Tu serais devenue célèbre, plus besoin alors d'avoir quelqu'un comme moi, mais il y aurait eu bien d'autres filles, plus sympathique, moins mauvais caractère et plus belles."



J'étais essoufflée par la volée de mots qui venait de sortir. Je n'en revenais pas ! Soudain, une panique atroce me pris. Le vent s'était levé et j'étais toujours devant Stephen ! Il ne fallait surtout pas qu'il mette ce soudain changement de temps avec mon énervement sinon... Mon ventre se crispa. Stephen ! Que faisais je ? Je n’aggravais que les choses. Il est vrai que ce que je disais je le pensais mais je ne voulais pas le dire ainsi. Mes cils ce levèrent et rencontrèrent son regard. Pourquoi ? Pourquoi étais je moi ? Pourquoi n'étais je pas connue pour qu'il puisse continuer à me parler lorsqu'il deviendra un grand joueur. J'étais vraiment... nulle.

Ma poitrine se soulevait sous l'effet de l’essoufflement. Il fallait que je me calme, pour que le vent fasse de même. Mes boucles blondes dansaient dans l'air, se posant devant mes yeux puis sur mes lèvres desséchées. De l'eau salée commençait à rendre ma vue floue. non ! Se calmer. La solution me parut alors évidente. Je ne sus si il me tendait les bras ou si mon corps en avait besoin mais je me précipitait sur lui, l'entourant de mes bras. Sa chaleur de son corps se rependait en moi. Alors je respirais à nouveau normalement. Le vent était tombé. Mes lèvres s’entrouvrirent et chuchotèrent :



" Tu ne sais pas non plus comment je peux tenir à toi..."

_________________
"I can't stay here by knowing there's nothing for me here now.[size=13]"[/size]



Dernière édition par Samy Liehmsen le Dim 10 Aoû - 20:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 178
Expérience : 88
Date d'inscription : 28/03/2014

Feuille de personnage
Liens:
Doubles comptes:
MessageSujet: Re: Liens que l'on croyait fort... et qui l'est [PV Stephen Ockley]   Jeu 29 Mai - 0:28


Liens que l'on croyait fort... et qui l'est

Feat Samy Liehmsen

Stephen s'avança vers son amie, le sourire gêné remplacé par celui adorable qu'il lui réservait, à elle seule. Ce qu'il lut sur son visage, les diverses émotions qui découlaient, laissèrent le jeune homme emprunt à la tristesse. Elle ne l'avait pas contacté, certes ! Mais bien qu'il ait tenté de l'appeler plusieurs fois, il aurait dû tenter plus. Samy répéta l'excuse que le garçon lui avait adressé. Elle s'était rapproché de lui, son beau visage aux longs cheveux blonds à quelques centimètres du sien. La jeune fille explosa. Durant toute la tirade de Samy, le jeune homme ne laissa s'échapper aucune réaction. Puis elle s'approcha, un peu plus, et se jeta dans ses bras. Stephen l'enlaça tendrement. Ses derniers mots réchauffèrent le cœur du jeune homme, qui approcha ses propres lèvres de son oreille et lui répondit " Je tiens tout autant à toi, ma jolie Samy ! "

Au bout de quelques instants, il se retira de son étreinte, et baissant son visage pour la regarder dans les yeux, il lui sourit avec toute l'affection qu'elle avait besoin d'obtenir. Puis il approcha sa main de son visage, et lui fit " Je ne te laisserais plus ! Je te le promets ! "
Il l'embrasse sur le front, recoiffa une longue mèche de cheveux qui voilait son œil, et s'affala sur une marche. Stephen regardait le ciel, qui étrangement, était redevenu aussi clair qu'auparavant. Il regarda ses mains, et plongea quelques secondes dans ses pensées. Il devait en parler à Samy. Il ne pouvait pas lui cacher ça. D'ailleurs, il n'avait jamais eu de secrets pour la jeune fille, et n'avait jamais réussit à en garder. Elle était son unique bout de femme. Sa meilleures amie. Sa confidente. Ou autre chose... Stephen n'aurait su le décrire.
Il murmura, plus pour lui même " Comment puis-je commencer...? " La tête dans les bras, Stephen cherchait un moyen d'aborder le sujet. Mais il ignorait la façon de s'y prendre. Le croirait-elle ? Oui c'était certain, elle n'avait jamais douté de lui.

" J'ai eu quelques problèmes ces dernières semaines. Cela m'a d'ailleurs empêcher de participer aux matchs de football du début de saison... Mon entraîneur va me tuer ! Il m'arrive des choses bizarres Samy ! Des trucs que je ne peux pas t'expliquer ! Je ne les comprends pas ! Quelque chose change en moi, et une part de moi en a peur, une autre est excité ! "

La mâchoire du jeune homme tremblait, et ses yeux se mirent à briller, tandis qu'il levait la tête pour plonger son regard dans celui de son amie. Plus aucun sourire ne résidait sur le beau visage de Stephen.


Narja - Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Omega lié à Stephen Ockley
Messages : 471
Expérience : 70
Date d'inscription : 15/04/2014
Nom de l'avatar : Inconnue
Localisation : Sens tu cette sensation de frais dans ton cou ? C'est mon souffle...

Feuille de personnage
Liens:
Doubles comptes:
MessageSujet: Re: Liens que l'on croyait fort... et qui l'est [PV Stephen Ockley]   Ven 30 Mai - 17:26

♢"Lien que l'on croyait fort...et qui l'est"
with Stephen Ockley



"Je tiens tout autant à toi, ma jolie Samy !"

Malgré le fait que Stephen était tout le temps sincère, mon cœur se risqua à attendre encore quelques années pour voir cela. Derrière mon mauvais caractère se cachait aussi la jalousie. Jalousie. C'est un nom dangereux à consommer avec attention. Le souffle chaud sur son oreille me fit vite oublié cette mauvaise pensé. 



" Je ne te laisserai plus ! Je te le promets ! "



Son regard sincère et cette main si douche approchée de mon regard menaient mon cœur à le croire. Ce dernier reçu pour le coup, un frisson réconfortant. Stephen savait utiliser les bons mots. Peut être que cela faisait aussi parti de son charme que de nombreuses filles lui trouvaient. Son baiser n'arrangea pas mes joues rougissantes. La mèche bouclée que j'avais oublié fut recoiffée par des doigts agiles. Pourtant les traits du beau garçons qui étaient jusqu'à maintenant paisibles semblaient se durcir. Dans un mouvement ses fesses cognèrent le fer des marches, sa tête se cacha dans ses bras musclés. Que se passait il ? Il m'avait rassuré mais ces soudains derniers mouvements ne calmèrent guère la tension qui remontait en moi. Ne pas stresser, sinon, le vent. J'entrouvris légèrement mes lèvres et lâcha plusieurs long souffles pour détendre mes muscles crispés.



"Comment puis-je commencer ?"



Ce murmure si faible n'échappa pas à mon oreille aussi attentive que tout mes sens. Étais ce important? Dangereux? Triste? J'avais envie de lui dire "N'importe...", mais après une hésitation Stephen semblait se lancer.



"J'ai eu quelques problèmes ces dernières semaines. Cela m'a d'ailleurs empêcher de participer aux matchs de football du début de saison... Mon entraîneur va me tuer ! Il m'arrive des choses bizarres Samy ! Des trucs que je ne peux pas t'expliquer ! Je ne les comprends pas ! Quelque chose change en moi, et une part de moi en a peur, une autre est excité ! "



Ce fut comme un coup de poing dans le ventre. Non ! Lui non plus ne pouvait pas ressentir ceci. Je me moquais bien qu'il ne puisse participer à des match mais je refusais qu'il arrête de vivre sa passion parce que c'était la sienne. Mais le pire n'était pas là. Sous l'effet de la surprise, mes jambes perdirent quelques secondes leur équilibre, mes genoux se plièrent et atterrir dans la poussière. Ma paire de diamants émeraudes restaient bloqués sur la dernière marche de l'escalier. Noooooon ! On me criait dans la tête. Pourquoi mes muscles avaient cesser de porter le poids de mon corps. Il allait savoir. Savoir ce que j'enduré depuis plusieurs mois. Pourquoi ? J'avais réussis à garder le secret pour moi, à sourire malgré la peur qui grandissait en moi. Malgré cette sensation de vouloir y goûter encore, de recommencer. Mes yeux se relevèrent finalement vers les yeux du seul qui allait pouvoir me comprendre. Du seul qui souffrait lui aussi. En apprenant ce que venait de dire Stephen, mes dents étaient rentrées dans la chair de mes lèvres et ma seule larme qui coula accentua la douleur petite entaille. Il aurait fallu que je reste forte. Pourquoi à ce moment là mes nerfs avaient lâchés? Pourquoi n'étais je pas la fille que rien n'atteint? La fille que j'étais à l'habitude? Un bourdon sifflait dans mes oreilles. Ce que je venais d'entendre était improbable. Mes yeux ne semblaient plus rien distinguer des formes qui volaient autour de moi. Inspirer. Expirer. Inspirer. Expirer. Je remarquai alors que ces actions je le faisais pour calmer le vent. J'avais craqué, mais pas le vent. le vent n'avait pas réagi ! Je ne sais si c'était de cette dernière chose qu'il s'agissait ou de ce que m'avait appris Stehen mais un souffle arriva à sortir au delà de mes pensés.



"C'est impossible."

_________________
"I can't stay here by knowing there's nothing for me here now.[size=13]"[/size]



Dernière édition par Samy Liehmsen le Dim 10 Aoû - 20:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 178
Expérience : 88
Date d'inscription : 28/03/2014

Feuille de personnage
Liens:
Doubles comptes:
MessageSujet: Re: Liens que l'on croyait fort... et qui l'est [PV Stephen Ockley]   Dim 10 Aoû - 16:39




Lien que l'on croyait fort... Et qui l'est


Stephen venait à peine de prononcer ces quelques phrases que son amie tressaillit soudainement. Une ombre étrange traversa son regard, et le jeune homme frémit d'incompréhension. C'est alors qu'elle s'écroula à demi sur les marches grises et qu'elle se prit la tête entre ses mains. La pauvre ne tremblait pas qu'à moitié. Stephen s'attendait à ce qu'elle s'asseye et lui pose des questions... Mais il n'aurait jamais imaginé assister à une telle réaction. Que lui arrivait-elle ? Stephen se redressa, apercevant des larmes perlant aux coins de ses yeux. Les poings de la jeunes femmes se serrèrent, et elle se crispa soudainement, comme si elle tentait de réprimer quelque chose. Les quelques mots qu'elle souffla enfin firent l'effet d'une douche glacée.

Le jeune homme ne comprenait plus rien. Ce que Samy venait de dire semblait tellement lourd de sens... Et son attitude lui faisait penser à la sienne. Doucement, il se rapprocha d'elle, et la prit dans ses bras forts et protecteurs. Il lui chuchota à l'oreille " shhhhh " pour la rassurer, tandis qu'il passait et repassait délicatement ses doigts dans sa longue chevelure dorée. Elle semblait petit à petit se calmer.

Il la libéra de son étreinte, et plongea franchement son regard dans le sien. Il la regarda ainsi quelques instant, cherchant en même temps les raisons de ce qu'il venait de se passer. Il commençait petit à petit à émettre quelques hypothèses. Et si elle l'avait vu utiliser sa capacité ? Et si ce Jared était venu la voir, comme il l'avait si bien sous-entendu ? Et si... Non il ne pouvait même pas se poser cette dernière question. Elle était tellement improbable... Et si terrifiante ! Cependant, il pouvait bien passer son temps à s'interroger, ce n'était pas ainsi qu'il obtiendrait des réponses. Non ! Il fallait qu'il lui raconte maintenant ! Et qu'elle lui explique également pour quelle raison elle avait réagit de cette façon !

Stephen baissa les yeux le temps de trouver ses mots, puis il la releva et se lança :

Samy... Il y a plusieurs semaines que je tente de t'en parler, mais je n'en n'ai jamais eu la force, ni le courage. Je me suis aperçu un jour que je pouvais.... Non tu ne me croiras pas ! Enfin... J'arrive à faire bouger les choses par la pensée ! Je me suis renseigné, et le terme adéquat est que je suis capable de télékinésie...


Maintenant, il se sentait bien bête. Elle n'allait certainement pas le croire. Pis encore, elle allait le prendre pour un fou ! Qui imaginerait une chose pareille possible ? Lui-même en aurait rit quelques semaines auparavant. Stephen réprima un spasme, et attendit que Samy assimile ce qu'il venait de lui confier.


To be continued...


© Halloween


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Omega lié à Stephen Ockley
Messages : 471
Expérience : 70
Date d'inscription : 15/04/2014
Nom de l'avatar : Inconnue
Localisation : Sens tu cette sensation de frais dans ton cou ? C'est mon souffle...

Feuille de personnage
Liens:
Doubles comptes:
MessageSujet: Re: Liens que l'on croyait fort... et qui l'est [PV Stephen Ockley]   Lun 11 Aoû - 21:18

"Lien que l'on croyait fort... et qui l'est"

with Stephen Ockley



   


"Samy... Il y a plusieurs semaines que je tente de t'en parler, mais je n'en n'ai jamais eu la force, ni le courage. Je me suis aperçu un jour que je pouvais.... Non tu ne me croiras pas ! Enfin... J'arrive à faire bouger les choses par la pensée ! Je me suis renseigné, et le terme adéquat est que je suis capable de télékinésie..."


 Mes membres n'avaient cessés de se crisper cherchant à ne pas provoquer de tremblements. Mais c'était peine perdue. Cela n'avait pas échappé à Stephen qui, dans ses grands bras protecteurs avait cherché à me calmer. Au contact de sa peau ma peau s'était détendue, laissant alors mes muscles s'apaiser. Lorsque son regard avait pénétrer dans le mien, ma respiration s'était arrêtait brusquement puis avait repris calmement.


    Sa phrase résonnait encore dans mon petit crâne qui ressentait de petites pulsions. Comme pour répondre à mon inquiétude, un courant d'air décoiffa mes cheveux mis en place par mon interlocuteur. Stephen attendait une réponse, tandis que je la cherchais, perdue dans la couleur grisâtre des marches de l'escalier. Comment lui dire ? Lui dire que je le comprenait... Tout simplement parce qu'il m'arrivait la même chose. Peut être savait il pour moi et que cette discussion était pour me tirer la vérité de la bouche.


    Cela suffisait ! Il fallait que je me ressaisisse et que je lui dise la vérité, depuis le début. Je relevai la tête, décidée. Je n'était pas une fille qui allait s'étendre sur son malheur et rester les bras croisés. Il fallait que je prenne les choses en main. Mes yeux émeraudes restèrent un instant à chercher une expression dans ceux de Stephen. Il semblait avoir peur de ma réaction. Mes lèvres s'entrouvrirent et dans un souffle ma réponse fusa :


"Je crois que c'est à moi de parler, c'est bien cela ?" Sans attendre un hochement de tête je continuai : "Te souviens tu de ce jour où nous jouions sur la route ? Mon oncle m'avait acheté une nouvelle poupée et je l'avais adoré dès le premier regard. Elle n'était pas comme les autres : Elle n'avait ni robe ni petite chaussures féminines, elle était simplement habillée d'un pantacourt et d'un tee-shirt. Bref, passons, ce n'est pas le point important."


Dans un élan, je repris ma respiration et mon regard se reporta sur celui de Stephen.


"Alors, maladroite comme je suis je l'avait fait tombée. Eh oui, on ne peut à la fois shooter dans un ballon et tenir une poupée dans ses bras, il n'y a que toi pour faire ça. Une voiture l'avait alors écrasée sous ses roues innocentes. Je m'étais mise à crier, le vent s'était levé. Tu n'avais pas fait le rapprochement, n'est ce pas. Moi non plus. Jusqu'à ces derniers jours.


Ma main se posa sur la sienne qui était crispée.


"Stephen... Je suis comme toi. Je ne déplace pas les objets par la pensée mais le vent ! Oui, le vent  ! Je ne le maitrise pas. Mais il s'allie avec mes humeurs ! Stephen je..."


    Je n'avait pas besoin d'en dire plus. Le vent s'était levé. L'incompréhension s'était transformée en colère, rongeant alors mes cordes vocales et transformant l'air chaud en de brusques rafales de vent. Je me précipitais dans les bras de Stephen et en quelques secondes, mon pouls ralentit s'accordant avec le vent. Je sortis de son étreinte.


"Tu vois il s'accorde avec mes émotions ! "


Puis dans un chuchotement, mes lèvres frémirent :


"Je te crois Stephen, car je suis comme toi." 

_________________
"I can't stay here by knowing there's nothing for me here now.[size=13]"[/size]



Dernière édition par Samy Liehmsen le Dim 17 Aoû - 18:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 178
Expérience : 88
Date d'inscription : 28/03/2014

Feuille de personnage
Liens:
Doubles comptes:
MessageSujet: Re: Liens que l'on croyait fort... et qui l'est [PV Stephen Ockley]   Sam 16 Aoû - 19:14




Lien que l'on croyait fort... Et qui l'est


Samy écouta ses paroles, terrifiée, et le jeune homme sentit le désespoir de cette dernière grandir, parfaitement dessiné sur les traits de son visage. Stephen était perdu. Depuis le début, il ne comprenait pas ses réactions, qui étaient complètement à l'opposé de celles qu'elle aurait dû avoir. C'était comme si elle partageait ce que ressentait le garçon à ce moment. Comme si elle le comprenait... Mais c'est quand elle se mit à parler que Stephen se sentit défaillir.

Au début, il n'arriva pas à saisir où elle voulait en venir. Évidemment qu'il se rappelait de sa poupée. Il ne voyait pas ce que le vent avait à faire là-dedans. Avait-il manqué quelque chose ? Pourtant, ce qui perturba le beau blond ne tarda pas à sortir de la bouche de Samy.

Cela n'avait aucun sens. Que se passait-il donc ? Pourquoi, et comment se faisait-il que tous les deux, amis depuis l'enfance, possédaient ces pouvoirs, sans jamais ne s'en être rendu compte avant ? Et pourquoi eux ? Qu'avaient-ils de si spéciaux ? Voilà encore de nouvelles questions qui se dévoilaient, rôdant d'une façon oppressante dans la tête de Stephen. Il en avait marre de ces interrogations ! Mais surtout, il ne pouvait plus supporter de ne pas avoir de réponses ! Il en avait besoin ! Ils en avaient besoin... Tous les deux ! A sa grande surprise, le jeune homme ne laissa transparaître aucune émotion de détresse. Il avait trop pleuré et il avait suffisamment eu peur. Maintenant qu'il comprenait qu'il n'était pas tout seul, il se sentait obligé de porter ce fardeau également pour elle. C'est pourquoi ses yeux s'assombrirent, et qu'il se leva des marches. Il tendit la main à Samy et lui fit :  

Samy... Redresse-toi, ne te morfond plus ! Maintenant, tu n'es plus seule ! Moi non plus ! Ces capacités font apparemment partie de nous... Et j'imagine que nous n'avons pas le choix et que nous devons apprendre à vivre avec ! Mais pour ce faire, nous aurons besoin de les contrôler. C'est ce que je tente de faire depuis quelques semaines déjà ! A te regarder, aujourd'hui, j'en arrive à la conclusion que si nous voulons réussir à les maîtriser, nous devrons donc être maître de nos émotions, car il semblerait que ce soient elles qui régissent en grande partie nos pouvoirs... Télékinésie... Pouvoir sur l'air... Nos facultés se ressemblent un peu !


Stephen laisse son visage se radoucir un peu, et lui afficha un sourire plein de tendresse, tandis que son regard exprimait la confiance et une assurance nouvelle.

Nous avons le choix : soit nous nous laissons abattre et nos pouvoirs finiront sans aucun doute par nous détruire ! Ou alors, nous essayons de les dompter ! Plus encore, nous avons besoin de réponses, et je compte bien en trouver, même si je dois laisser derrière moi douze année de ma vie ! C'est à toi de voir si tu souhaites me suivre ! Mais sache que je ne te forcerais pas... Et que je serais toujours là pour toi, dans les bons comme dans les plus mauvais moments !


To be continued...


© Halloween


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Omega lié à Stephen Ockley
Messages : 471
Expérience : 70
Date d'inscription : 15/04/2014
Nom de l'avatar : Inconnue
Localisation : Sens tu cette sensation de frais dans ton cou ? C'est mon souffle...

Feuille de personnage
Liens:
Doubles comptes:
MessageSujet: Re: Liens que l'on croyait fort... et qui l'est [PV Stephen Ockley]   Dim 17 Aoû - 20:29

"Lien que l'on croyait fort... et qui l'est"

with Stephen Ockley




"Nous avons le choix : soit nous nous laissons abattre et nos pouvoirs finiront sans aucun doute par nous détruire ! Ou alors, nous essayons de les dompter ! Plus encore, nous avons besoin de réponses, et je compte bien en trouver, même si je dois laisser derrière moi douze année de ma vie ! C'est à toi de voir si tu souhaites me suivre ! Mais sache que je ne te forcerais pas... Et que je serais toujours là pour toi, dans les bons comme dans les plus mauvais moments !"

Je n'en croyais pas mes oreilles. Lui, Stephen Ockley était décidé à se battre. Ceci ne m'étonnait pas mais qu'il soit prêt à laisser douze année de sa vie, de son football, de sa passion derrière lui… C'était dur à croire, mais le souffle de sa voix était réelle. Et moi ? Etais-je prête a écrire une nouvelle page pour trouver des réponses ? Ma main se porta à ma bouche et mes dents grignotèrent la peau autour des ongles, signe de stress. Je regardais Stephen, debout, moi assise, indécise, mais à la fois curieuse. Pourquoi cela nous arrivait il à nous ? Étais-ce une coïncidence que nous deux, amis d'enfance soyons atteint par ces « pouvoirs » ? Peut être existait il d'autre personnes comme nous, peut être que nous n'étions pas seuls. Je savais pour le moment que je n'étais pas seule, que Stephen tiendrait sa parole d'être présent à mes côtés, comme je tiendrai la mienne de l'aider à trouver les réponses. Car nous en avons besoin. Ces pouvoirs devaient cachés un grand secret lourd de réponses.

Je me levai à mon tour, alors décidée.

"Oui, si nous avons le choix, je fais celui de te suivre. Mais, Stephen, es tu réellement certain de pouvoir laisser douze années derrière toi ? C'est beaucoup pour toi et tu le sais autant que moi."

Je lui attrapai les poignets et les massai. D'un certain côté je connaissais déjà sa réponse, mais je voulais être certaine qu'il ne regretterait pas son choix. Ses yeux brillaient sous le soleil éclatant caché de temps à autre par de grisâtres nuages. Soudain une question m'assaillit. Si jamais une personne nous avait entendue ? Instinctivement je tournai la tête de chaque côté pour recherché un moindre signe de vie à par nous deux. Rien. Je soufflai de soulagement.

Préparée à affronter les réponses, je m'interrogeais déjà.

"Tu as dit que cela ne faisais que quelques semaines que ça a commencé ? Ou plus ?"

_________________
"I can't stay here by knowing there's nothing for me here now.[size=13]"[/size]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Liens que l'on croyait fort... et qui l'est [PV Stephen Ockley]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Liens que l'on croyait fort... et qui l'est [PV Stephen Ockley]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Extraordinary Special Agency :: RP terminés / abandonnés-