AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le meilleur reste à venir (PV Archival Mc'Vallen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Le meilleur reste à venir (PV Archival Mc'Vallen)   Sam 10 Mai - 3:08

• (Depuis > CST, Appartements d'Alice von Holstein) •

Archivald avait donné à Alice une visite presque exhaustive des différentes installations du CST. La jeune femme qui aimait maîtriser son environnement avait étudié en détail le fonctionnement du Conseil, depuis Copenhague, et ce petit tour du propriétaire lui avait permis de faire la connexion entre ce sur quoi elle s'était renseignée et la pratique, le terrain. Malgré que les deux responsables aient parcouru les différents services au pas de course, Alice avait tout de même pris le temps de saluer une bonne partie du personnel qui y travaillait. Ceux-là lui avaient répondu par une amabilité tantôt forcée par la hiérarchie qui s'imposait, tantôt sincère. Beaucoup avaient été étonnés de constater la nomination d'une femme en tant que membre du Haut Conseil. Alice remarqua en effet que le CST restait un monde plutôt masculin, mais elle n'était toutefois pas à cheval sur les principes éthiques de parité, et à vrai dire, elle préférait la compagnie des hommes pour travailler.

La visite s'acheva devant un étrange dispositif, un "téléporteur". La machine en elle-même était déjà intrigante, mais le nom plus encore. Elle cacha son étonnement derrière un visage impassible.


- Un téléporteur vous dîtes ? Intéressant. Le meilleur pour la fin je suppose... Vous travaillez ici, Monsieur Mc'Vallen, si je ne m'abuse ?

Dit-elle à son guide alors qu'il recevait un message sur son téléphone. Alice ne put s'empêcher de lire le nom qui s'affichait sur l'écran : Aiden Leicester. Si elle ne l'avait pas encore rencontré, elle savait qu'il s'agissait de l'un de ses collègues.

Il l'avisa ensuite des inconvénients du voyage en téléportation.

- Si ce téléporteur conduit à un endroit si important que vous me le laissez imaginer, je crois bien que je n'ai d'autres solutions que de m'y faire au plus vite. Et après tout, vous semblez être encore en un seul morceau.

Répondit la jeune femme en baissant le regard du visage d'Archivald jusqu'à ses pieds. Elle entra donc d'un pas assuré dans la cabine, suivie par le jeune homme. L'appareil s'activa, elle ne sut trop comment. Il y eu une grande lumière blanche, un flash, et, même si cette description ne conviendrait pas à une femme comme Alice, elle eut l'impression, pendant quelques instants, d'avoir bu d'une traite l'équivalent d'une bouteille entière de Martini. Ou plutôt deux. Voire trois. Une sensation de déséquilibre, de perte de repères, de flou, qui s'acheva sur l'impression d'un saut en parachute... sans parachute. Quand Alice rouvrit les yeux, tout son environnement avait changé, la luminosité n'était plus pareille, l'atmosphère semblait plus chargée en humidité. C'était bouleversant... et brutal. Elle faillit perdre l'équilibre et posa sa main droite sur la poitrine du jeune responsable, resté droit comme le marbre. Elle resta ainsi pendant une ou deux secondes avant de revenir à elle-même, la tête haute. Il y eut ensuite un petit moment de malaise face à ce geste. Une fraction de seconde qui sembla une éternité pour la jeune femme. Pour briser ce silence, elle repris la conversation de sa voix habituelle, assurée et un brin autoritaire.

- Et bien, j'ai connu pire. Vous savez, une tempête de neige à Copenhague n'a pas d'équivalent. D'ailleurs, d'où venez-vous Monsieur Mc'Vallen ?

Si elle attendait la réponse du jeune homme - elle aimait en savoir un maximum sur les gens pour cerner leur personnalité - elle était impatiente de sortir de la cabine, d'une part pour oublier ce petit moment d'égarement qui l'avait conduite à entrer en contact physique avec son guide, et d'autre part pour découvrir le fameux secret dont il lui avait parlé voilà maintenant plus d'une heure.
Revenir en haut Aller en bas
Responsable Extra
Messages : 46
Expérience : 71
Date d'inscription : 30/04/2014

Feuille de personnage
Liens:
Doubles comptes:
MessageSujet: Re: Le meilleur reste à venir (PV Archival Mc'Vallen)   Sam 17 Mai - 10:25


    Les portes du dôme de cristal venaient de se refermer derrière eux dans un silence doucereux. Ils se trouvaient dans une vaste pièce circulaire, et bien qu'elle était vide, ses murs blancs brodés d'inscriptions étrangères la remplissait d'eux même. Alice Von Holstein était entré avec sur son visage un léger soupçon d'intrigue qu'elle tentait de masquer par son air impassible. Archivald se tenait droit, et ne bougeait pas d'un cil. Le regard fixe et insondable, il attendait que la machine se mette en marche. Soudain, un éclair blanc transcenda le dôme et tout disparu. Le voyage ne dura qu'une fraction de seconde, et lorsque la lumière disparu, les murs autour d'eux étaient toujours identiques à ceux qu'ils étaient supposés avoir quitté. Archivald n'avait pas tressailli, il y était habitué. Mais il senti cependant une main sur sa poitrine, et baissant les yeux, il vit Alice tremblotante et qui s'agrippait à lui afin de ne pas s'écrouler. Cette dernière se releva presque aussitôt, et ses traits reprirent leur allure fermée et insensibles. Cette carapace qu'elle se forgeait, Archivald ne la connaissait que trop bien. Il avait la même. Cela les rendait fort, mais n'empêchait pas les émotions et sensations qui les assaillaient de se faire une place à l'intérieur d'eux. Archivald eu un sourire, puis sans un mot, il se dirigea vers la porte du téléporteur qui s'ouvrit d'elle même. Une lumière bleuâtre, chaude et éclatante, le frappa de plein fouet. Il était à la maison. La nouvelle Dirigeante commenta le voyage, et Archivald se tourna vers elle :

    - Vraiment ? Cela n'a vraiment pas son équivoque à une tempête de neige du Copenhague ? Je serais très intéressé de voir cela !

    Le ton qu'il venait d'employer était amusé, mais un brin de sarcasme guère voilé avait accompagné ces mots. Il ne répondit pas tout de suite à la question de notre Dame. Il avançait sur le chemin de sable qui circulait au milieu d'une végétation abondante et tropicale. De gigantesques fougères se perdaient autour d'eux, dans l'ombre de grands arbres à fruits, de palmier de cocotier luxuriant. Des fleurs, plus ou moins grandes et grosses, selon leur variété, apportaient à ce lieu une magnifique teinte de couleur.

    - Je suis originaire d'une petite ville du Connecticut ! Mon père était général au sein de l'armée Américaine, et ma mère adjointe au maire. Nous sommes les héritiers de la grande famille Mc'Vallen. Enfin... Je suis ! Les détails n'ont pas leur importance, ici !

    Archivald afficha un sourire dénué de chaleur, puis il poursuivit son chemin, suivit de prêt par Alice. Bientôt, ils atteignirent une grande place au milieu de laquelle se tenait une gigantesque fontaine en marbre représentant un majestueux dauphin. Arrivé là, le paysage dévoila les murs qui les entouraient, et qui par ailleurs n'en n'étaient pas. Effectivement, ces derniers étaient en réalité de gigantesques vitres derrière lesquels l'océan gouvernait l'horizon. Ils se trouvaient dans l'Océano Park, la gigantesque aire naturelle représentant la partie immergé de Extra. Archivald tournait le regard vers quelques dauphins qui semblaient les observer avec intérêt. Plus loin, une tortue marine se laissait porter par le courant marin. Cet endroit était magnifique, et était celui que Archivald préférait le plus du CST. Ce dernier continua d'avancer jusqu'à un grand escalier blanc en colimaçon, qui s'élevait vers une trappe magnétique. L'homme se tourna vers Alice, et lui expliqua :

    - Vous vous trouvez au cœur de l'Océano Park. Ce que vous avez autour de vous est une espèce de gigantesque serre naturelle où la végétation y est Reine. Nous sommes précisément dans la partie d'Extra plongée dans l'océan. Je vous conseille de ne pas venir vous balader seule ici, pour le moment. Vous ne connaissez encore guère les lieux, et qui dit milieu naturel, dit aussi animaux et insecte qui y habitent. Oui il n'y pas que des plantes ici ! Nous allons maintenant nous diriger à l'étage, au centre même d'Extra, là où je vous expliquerait sa raison d'être !

    Sur ces belles paroles, Archivald emboîta son pas à l'escalier et grimpa tranquillement les marches, en direction des résidences de la ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Le meilleur reste à venir (PV Archival Mc'Vallen)   Sam 17 Mai - 23:46

Visiblement, Archivald n'était pas franchement à l'aise lorsqu'il devait parler de lui-même. Alice reconnaissait alors l'homme qui souhaitait séparer sa vie personnelle et sa vie professionnelle. Il s'agissait d'un comportement usuel... en Europe, mais pas aux Etats-Unis, releva t'elle, de sa propre expérience. Elle en déduisit un point de blocage, mais se promit de creuser davantage au moment opportun. Connaître une personne, c'était mieux la comprendre.

Alice fut sortie de ses pensées par son étonnement au vu du paysage qui s'offrait à elle. Elle qui s'attendait à un laboratoire moderne, sombre, et fourmillant de blouses blanches, elle découvrit une sorte de gigantesque serre à la végétation aussi variée que luxuriante. Le spectacle se poursuivit lorsqu'ils atteignirent une fabuleuse fontaine, posée au centre d'un gigantesque hémicycle de verre immergé sous la surface de l'océan. Archivald avait eu raison de garder cette visite pour la fin. Les yeux d'Alice pétillaient, et les questions fusaient dans son esprit : à quoi pouvaient servir ces lieux ? Les travaux qui avaient été engagés étaient pharaoniques, ils avaient dû nécessiter le vote de nombreux crédits ! Hors ces votations sont publiques ? Comment se faisait-il que personne, à la représentation européenne, n'avait été mis au courant de ces dépenses ? A moins que... A moins qu'il ne s'agisse d'un projet classé secret défense ?

Archivald lui indiqua alors la dénomination des lieux, la prévint de ne pas s'y aventurer seule - Alice décrocha un sourire, elle n'était pas une femme farouche - et l'invita à prendre l'escalier. Alice avait toutefois l'impression qu'il tournait autour du pot. Elle remarqua le regard de son accompagnant, lequel envoyait des signaux de bonheur. Il était dans son élément, c'était certain.

Pourquoi avoir reproduit cette faune et cette flore ici ?
Je sais que vous mourrez d'envie de m'en dire davantage. Vous êtes chez vous ici, et ça se voit. Je vous suis.

Déclara la responsable du CST en souriant.
Revenir en haut Aller en bas
Responsable Extra
Messages : 46
Expérience : 71
Date d'inscription : 30/04/2014

Feuille de personnage
Liens:
Doubles comptes:
MessageSujet: Re: Le meilleur reste à venir (PV Archival Mc'Vallen)   Jeu 29 Mai - 23:18

Archivald grimpait doucement les marches, jetant de brefs coup d'oeil derrière lui pour voir si Alice Von Holstein le suivait toujours. Il nota son étonnement au vu de l'aspect incroyablement différent d'Extra par rapport au reste du CST. Il était vrai que les architectes avaient effectué un grand travail minutieux et l'argent qui y avait été dépensé était extrêmement élevé. Mais cela était dans le but d'en faire une véritable ville où il était bon d'y vivre. Un lieu plus ou moins coupé du monde et où le danger ne résidait nul part.
L'homme s'arrêta lorsqu'elle lui demanda la raison pour laquelle cette faune et cette flore avaient été reproduite ici. La réponse... Non " les " réponses étaient diverses et variées.

- Hé bien, Miss Von Holstein, fit-il en se retournant à moitié, votre question a t'elle réellement un sens ? Pourquoi existe t'il des Aquariums, des zoo ou encore des parcs naturels ? L'Homme n'est-il pas ainsi ? Tentant inlassablement de capturer pour soi les merveilles de ce monde pour se plaire à les contempler, à observer leur évolution et mode de vie, et à apprendre de ceci ? Ou bien même par pur sentiment de supériorité ou de vanité ! Mais ici ne serait-ce pas la seule raison ! Comme vous avez pu le remarquer, cette serre recense des variétés de plantes de plusieurs climats existants. Il en va de même pour la faune. De quelle façon ont-il réussi à implanter un environnement qui aille avec chaque espèce afin qu'elle survive, je l'ignore ! Cependant, je sais qu'une équipe de scientifiques spécialisés dans cette branches étudient l'Océano Park dans le but de recréer artificiellement ces plantes et trouver des remèdes contre les cancers et autres maladies mortelles. Une autre unité de scientifiques quant à eux observe les animaux qui vivent ici afin de comprendre leur métabolisme, et effectue des tests réels afin de modifier génétiquement certaines cellules.

Archivald stoppa quelques instants sa longue explication, et se retourna franchement, plongeant son regard dur dans les yeux de la nouvelle dirigeante.

- Vous connaissez la faculté des lézards et autres reptiles d'espèces similaires de régénérer leurs cellules et leurs tissus morts ? Comme lorsqu'on leur coupe la queue, bien que généralement les lézards la perde subitement sous le coup d'une peur soudaine ! Quelques jours plus tard, la queue aura repoussé d'elle même ! Archivald chercha soigneusement ses mots avant de continuer. Il se passe des choses au CST qui sont hautement tenus secrètes, Miss Von Holstein ! Des recherches et des dossiers que vous vous devrez de garder confidentiels et de ne jamais les discuter, peu importe votre rang ! Vous connaîtrez des événements qui se sont produits ou qui se produiront que toute personne saine d'esprit n'aurait jamais cru possible, ni envisageable ! Mais j'imagine que si vous êtes des nôtres, aujourd'hui, c'est qu'il a été vu en vous une personne de confiance !

L'homme se détourna de sa visiteuse, et se passa les mains dans les cheveux d'une façon bien mécanique. Ses yeux métalliques n'affichaient aucune émotion contradictoire avec ce qu'il venait de dire. Il était désormais intimement impliqué dans les affaires du CST, et cela faisait bien longtemps qu'il avait effacé tout remord ou marque d'indécision de son âme. Il savait toutefois juger ce qui était bon de ce qui était mal. Mais... Les dossiers du CST n'étaient classés dans aucune de ces deux parties. Ils restaient fermement imbriqués au milieu, ce qui les rendaient encore plus fantastiques.
Les deux jeunes gens reprirent leur montée. Alors que Archivald atteignait la trappe magnétique, un faisceau rouge le balaya soudainement et une voix robotisée dit simplement " accès autorisé ". Cependant, lorsque le faisceau analysa Alice Von Holstein, un bip sonore retentit et le droïde s'exclama ( si l'on pouvait dire ça ainsi ) " Individus non recensé ! Accès non autorisé ! Veuillez faire demi-tour ! "
Evidemment ! Alice Von Holstein venait de prendre ses fonctions au sein du CST et de ce fait, les ordinateurs de l'infrastructures n'avaient pas encore traité toutes les informations. Essentiellement celles qui donnaient l'accès aux différents lieux d'Extra, qui était par ailleurs connu que par quelques dizaines de membres autre que l'élite, triés sur le tas. Il allait peut-être falloir plusieurs heures avant qu'ils ne puisse tout deux se rendre à l'étage. LA visite des résidences, du centre d'entraînement et du quartier des missions allaient attendre. Ce n'était pas aujourd'hui qu'elle aurait lieu.

Archivald fit demi-tour sans regarder la jeune femme. Il ne pouvait qu'imaginer l'incompréhension que devait sans aucun doute être apparut sur son visage. Un léger sourire décrispa le visage de l'homme. Il redescendit l'escalier, prenant la direction d'une petite place où quelques bancs blancs séjournaient silencieusement.

- Il semble que nous ne puissions continuer notre visite aujourd'hui ! Dans la mesure où vous venez d'arriver, l'accès à Extra vous est encore limité. Simplement le temps que le réseau traite l'information qui vous reporte comme Dirigeante du CST. Il semblerait qu'il me faille vous expliquer le dossier A dans cette même serre, ce ne me déplaît pas forcément ! Il s'avère que j'ai rendez-vous avec Aiden Leicester, alors cet imprévu est plus ou moins une aubaine ! Vous aurez le plaisir de visiter les locaux d'Extra seule un peu plus tard !

Archivald s'assit tranquillement, et sorti de l'intérieur de son mantean une cravate dans laquelle se tenait diverses informations sur Extra.

- Très bien ! Je vous en prie, asseyiez-vous, Miss Von Holstein ! Nous allons commencer !Dit-il simplement avec un sourire bien plus chaleureux qu'auparavant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Le meilleur reste à venir (PV Archival Mc'Vallen)   Mer 4 Juin - 23:45

Alice suivait son guide avec une curiosité non dissimulée. Elle remarqua que plus ils s'approchaient de ce qui semblait être leur point de destination - un grand escalier surmonté d'une trappe magnétique - et plus Archivald gagnait en assurance. Alice n'aimait pas vraiment ça, elle qui avait généralement le dernier mot au jeu de l'autorité, elle ne jouait aujourd'hui pas à domicile. C'était déconcertant. 

Quoiqu'il en soit, Archivald répondit à sa question dans un détail plus que brodé. Il s'agissait donc d'une étude scientifique botanique... et génétique. Alice fronça un sourcil. Les lois bioéthiques européennes étaient beaucoup plus strictes que celles en vigueur outre-atlantique. Alice se remémorait les interminables auditions où le Conseil européen l'avait briefé quant à la responsabilité qu'elle devait exercer de défendre au CST les préférences et les valeurs européennes.

Archivald poursuivit ensuite avec une démonstration de sa connaissance parfaite de la physiologie du lézard - oui, Alice savait aussi être ironique - avant de l'exhorter, une fois de plus, au secret professionnel. Alice soupirait intérieurement, elle exerçait depuis 10 ans maintenant des fonctions impliquant le secret d'Etat. Alors qu'elle se préparait à répondre, le jeune homme reprit la montée des marches. Alice resta donc silencieuse, tandis qu'ils atteignaient un cadran sécurisé. Un rayon rouge balaya les deux individus de manière successive. Il s'agissait d'un laser à reconnaissance physionomique, une technologie européenne brevetée, qu'Alice savait extrêmement fiable. Nous en arrivions donc au point central qui viendrait donner un sens à cette visite. La jeune danoise sentit monter en elle une certaine appréhension. Alors qu'un sourire commençait à s'afficher sur son visage, celui-ci se transforma en rictus sévère. L'accès lui était refusé. Alice bouillonnait à l'intérieur d'elle-même. Décidément, le CST, la plus haute instance de gouvernance mondiale n'était pas non plus épargnée par l'incapacité chronique de certains administrateurs à traiter correctement et en temps voulu les informations, et cela lui avait coûté un moment particulièrement humiliant. 

"Etrange, le CST a été prévenu il y a plusieurs semaines déjà de ma nomination."

Déclara Alice avec un faux-sourire qui cachait parfaitement le sentiment de crispation qui l'animait. Les deux collègues redescendirent donc les marches, et Archivald invita Alice à s'installer sur un banc, d'une manière étrangement chaleureuse. Alice ne sut dire si cela consistait pour Archivald en un manière de s'excuser pour le moment gênant qui venait de se produire, ou si son air avenant était du au fait qu'il allait enfin lui révéler la substance de son travail, ici, dans ce secteur spécial qui semblait finalement être son royaume. La jeune européenne s'installa donc sur le petit banc, passa une boucle de ses cheveux d'or derrière son oreille et plongea un regard plutôt doux dans les yeux de son homologue. L'ambiance était étrange, quiconque serait arrivé à ce moment précis aurait certainement pu croire à un rendez-vous romantique. Toute la pression semblait être descendue, le soleil perçait doucement le plafond opaque de la serre, se reflétant dans la végétation luxuriante, et on entendait le clapotis de l'eau dans la fontaine croisée à l'entrée du bâtiment. Que nenni, toutefois, car il s'agissait bien entendu de deux des plus hauts responsables politiques au monde, s'apprêtant à discuter ensemble du dossier le plus sensible qu'il ait été et qu'il soit. 

"Bien, nous y sommes donc. Vous n'avez cessé de faire appel à des métaphores depuis que nous sommes ici. Vous avez justement égayé ma curiosité depuis ce matin, à tel point que je ne serais plus étonnée d'apprendre la détention par le CST d'un arsenal nucléaire, en violation des Convention internationales en vigueur. Mais je suis certaine que vous avez encore quelques chances de me surprendre. Je vous écoute, Monsieur Mc'Vallen."
Revenir en haut Aller en bas
Responsable Extra
Messages : 46
Expérience : 71
Date d'inscription : 30/04/2014

Feuille de personnage
Liens:
Doubles comptes:
MessageSujet: Re: Le meilleur reste à venir (PV Archival Mc'Vallen)   Jeu 5 Juin - 21:43

Archivald arrêta de trifouiller le dossier, leva les yeux vers Alice qui venait de s'asseoir et lui adressa un sourire beaucoup plus compatissant et amicale. Il comprenait la réaction de la jeune femme face au refus d'accès du droïde de sécurité, et il savait que si lui-même avait été à sa place, il aurait été extrêmement frustré. L'homme joignit les mains sur ses genoux, et lui fit sur un ton doux et calme :

- Je tiens tout d'abord à m'excuser pour avoir agit d'une façon assez abrupte jusqu'à présent ! J'ai fais mes propres recherches sur vous, et je devais m'assurer que vous étiez une personne digne de confiance. Je me devais de vous tester afin d'observer vos réactions face à mon comportement - qui j'ajouterai est en général véritablement ainsi en permanence, sauf avec les personnes que j'apprécie exclusivement - et face aux divers problèmes que vous avez affrontez durant la visite ! Vous avez évidemment compris que ce qu'il est présenté mondialement du CST n'est que partie de celui-ci, et en ces lieux figurent le projet A inconnus de tous ! En vérité, j'étais au courant que l'accès aux étages vous serait refusé ! Je vais être honnête avec vous ! Je suis la seule personne qui commande véritablement les serveurs informatiques de l'Unité Extra, ce qui signifie que je suis l'unique personne qui puisse autoriser quiconque à y pénétrer ! Et en ce qui vous concerne, je dois en premier temps m'assurez que vous accepterez de faire partie du Projet A - ce qui incombe à votre poste - et que vous respecterez sa confidentialité !

Sur ces mots, Archivald prit la cravate noire sur laquelle aucun plis ni rayures ne cohabitait, et en sortit les documents qui y demeuraient tous en parfait état, malgré que certain existaient depuis une douzaine d'année. Il déposa six piles de fiches, comportant six noms représentés chacun d'une photo d'un adolescent, qui reposaient tous sous un même titre : Alpha. Archivald les poussa vers la jeune femme et commença son explications :

- Vous trouverez ici les informations sur six jeune adolescent présents au CST il y a douze ans. Ils sont chacun les sujets d'une expérimentation aboutie en 2038. Cette dernière, communément nommée Projet A, avait pour but de modifier les gènes cérébrales de ces jeunes gens, en agissant sur les cellules gliales et les neurones, afin de leur permettre d'utiliser 100% de leur potentiel en permanence ! Vous n'êtes pas sans savoir qu'une personne normale utilise 30% de son potentiel en même temps lors d'une action ou d'un effort précis, et 15% au repos. Hors, le Projet A fut une réussite et ces six adolescents virent leur potentiel grimpé à 100% en permanence ! Cela a provoqué chez eux l'apparitions de " capacités psychiques " comme nous les appelons, tels que la télékinésie, la télépathie ou la téléportation, et bien d'autres encore ! Ils furent surnommés les Alphas, ce qui signifie entre les lignes " les premiers ".

Archivald se tut quelques instants, afin de laisser la nouvelle faire son effet sur la récente Dirigeante et lui permettre de se fait d'assimiler les explications. Puis il reprit, plus tranquillement :

- Ces jeunes gens ont développés leurs dons pendant plus d'une année, et ont réussi à maîtriser 7 facultés différentes les uns des autres, bien que l'une d'elle ait été, sans comprendre la raison, commune à chacun : la télépathie. Le chef de ce projet, le neuro-physicien Alexander Clyde, fut cependant sur le point d'être mit au placard, et d'après les renseignements archivés de l'époque, il se serait infligé lui-même le traitement, afin de développer également des pouvoirs, et on le surnomma le Patient Bêta. Il s'est alors enfuit avec les différentes formules permettant la modification, et a emporté avec lui les six enfants. Nous ne savons pas aujourd'hui ce qu'il est advenu de ces jeunes gens. Ils ont tout simplement disparu de nos radars et il en a été déduis qu'ils ne sont plus de ce monde.

L'homme se leva, et se mit à tourner en rond, les bras derrière le dos. Son visage avait reprit son air sérieux et fermé, alors qu'il devait désormais abordé le sujet principal de cette discussion : l'Unité Extra.

- Vous allez me dire : Mais à quoi sert donc l'Unité Extra, alors ? N'est-ce pas ? Il s'avère que dans sa folie, Clyde ait infligé le traitement à un nombre indéfinis de gens à travers la planète, créant de ce fait des Omegas. Mais pour une raison que l'on ignore, la très grande majorité de ces derniers n'ont vu leurs capacités s'éveiller il n'y a que quelques mois, pour les plus anciens. L'Unité Extra était déjà en fonction, car le CST avait anticipé cet avènement il y a un peu plus de huit ans. Plus exactement du fait de ma présence ! Effectivement, je suis moi-même un Omega, et mystérieusement, je me suis éveillé il y a huit année de cela ! C'est par ailleurs Aiden Leicester, qui venait de prendre ses fonctions, qui est venu à moi et qui m'a proposé de travailler pour le CST, où j'ai pu développer mes capacités, et où l'on a par la suite créé l'Unité Extra. J'en viens finalement à cette dernière ! Le but de ce bâtiment est de regroupé les Omegas qui ont accepté de rejoindre le CST, afin de les entraîner, et de leur permettre d'y vivre sereinement, ce qui leur évite ainsi d'être non seulement un danger pour les autres habitants de la Terre, mais aussi pour eux même ! Car bien que vous n'ayez guère put le voir, pour le moment, c'est en vérité une gigantesque ville qui se trouve au dessus de notre tête !

Archivald stoppa à nouveau son long monologue. Il s'assit doucement sur le banc, et riva son regard vers les yeux de la jeune femme. Il ne tenait pas à poursuivre tout de suite, il souhaitait d'abord qu'elle digère ce qu'elle venait d'apprendre, et il attendait qu'elle pose les questions, qui, il le savait, ne tarderaient pas à tomber. Il se doutait aussi qu'elle ne le croirait peut-être pas, ou ne le voudrait tout simplement pas, ce qui était fort compréhensible. Il était de ce fait prêt à lui faire une démonstration de ses capacités en guise de preuve, si jamais elle le lui demandait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Le meilleur reste à venir (PV Archival Mc'Vallen)   Jeu 7 Aoû - 0:08

Alice resta impassible face à Archivald lorsqu'il lui détailla les raisons pour lesquelles il l'avait délibérément amené vers une impasse. Il s'agissait peut-être d'une forme de vérification de la capacité que la jeune femme avait à tenir sa promesse de confidentialité, mais Alice prenait ceci comme un bizutage enfantin. Femme dans un monde délibérément masculin, elle avait pris l'habitude de fermer les yeux sur ce genre de pratique, bien qu'elle les trouvait particulièrement horripilantes. L'affront serait donc bien vite oublié, dans l'intérêt de la relation professionnelle qui allait naître entre Archivald et la jeune danoise. Quoiqu'il arrive, il est certain qu'à partir de ce moment, la jeune femme allait devenir plus distante envers son interlocuteur. D'ailleurs, elle profita de la diversion que lui offrait le moment où il se baissa pour ramasser son porte-documents pour se décaler de quelques centimètres plus loin, sur le banc où ils étaient assis. 

Alice laissa échapper un "merci" de convenance, presqu'amer, lorsqu'Archivald lui tendit les documents si confidentiels. Elle en pris connaissance, les uns après les autres. Les photos de 6 adolescents se succédèrent sous le regard de la jeune femme, tendit qu'Archivald lui détaillait la teneur. Elle fronça les sourcils.

"Vous dîtes que ces enfants ont été utilisés comme rats de laboratoire  sans qu'aucun gouvernement ne soit mis au courant ? D'où venaient-ils ?
Télékinésie ? Téléportation ? Mais..."


A chaque élément nouveau apparaissaient de nouvelles questions. Comment un tel secret avait-il pu être gardé si soigneusement ? Alors qu'Archivald lui raconta la fuite d'Alexander Clyde, la disparition des Alphas, l'existence des Omegas, le but de l'Unité Extra, et finalement sa propre nature d'Omega. S'agissait-il d'un nouvelle tentative de bizutage ? Alice eut un sourire nerveux. Si c'était le cas, ils allaient l'entendre, lui, Archivald, mais aussi tous ceux qui avaient participé à cette farce. La von Holstein n'était pas du genre à se faire marcher sur les pieds. Mais un regard au jeune responsable et Alice comprit que tout ce récit n'était pas fictif. La Terre semblait avoir changé de sens de rotation, d'un coup. 


"Vous dîtes que le CST a expérimenté sur ces adolescents un processus douteux, sans  aucune précaution, si ce n'est de maintenir les peuples dans l'ignorance ? Vous dîtes que le CST a ensuite perdu le contrôle de son joujou et que celui-ci est parti contaminer la vie civile ?"


Alice tapa du poing sur le banc à s'en faire mal. Qui avait bien pu prendre des décisions aussi irresponsables, et aussi antidémocratiques ? Ce n'est pas pour ça qu'elle avait signé. Elle leva ensuite son regard vers Archivald qui s'était levé.


"Vous êtes donc un Omega. Que savez-vous faire ?"


La colère et l'incompréhension qui la submergeaient lui avait fait dire ceci sur le ton du défi, tel le jury d'une émission absurde de télé-réalité où les candidats se succèdent pour dévoiler leur (non)talent caché.
Revenir en haut Aller en bas
Responsable Extra
Messages : 46
Expérience : 71
Date d'inscription : 30/04/2014

Feuille de personnage
Liens:
Doubles comptes:
MessageSujet: Re: Le meilleur reste à venir (PV Archival Mc'Vallen)   Jeu 7 Aoû - 13:43

Archivald eu un léger sourire d'ironie lorsque, à la suite de ses révélations, Alice Von Holstein s'éloigna ouvertement de lui. Il l'avait rendu furieuse, et à en juger par les expressions si démonstrative qu'elle venait de si mal dissimulé, il en déduisit qu'elle avait trouvé cette façon d'agir d'une puérilité outrageante. L'homme ne voyait pas cela ainsi. Il s'agissait juste d'un test pour savoir comme elle réagirait, et bien que dans un premier temps, elle semblait l'avoir réussit, ses dernières réactions le déçurent. Il y avait, semblait-il, trop de colère en elle dont il ne connaissait la source, et ce type d'événements produisait chez elle une fureur qu'elle, étrangement, avait du mal à masquer sous son air faussement impassible. A en juger par ses questions et sa manière de froncer ou de hausser les sourcils après qu'il lui ait dévoilé la vérité sur le CST et sur lui même, Archivald commença soudainement à douter de la capacité de la jeune femme à surmonter ce qu'elle venait d'apprendre, à en garder le secret, et encore plus : à y participer pleinement comme son poste lui incombait. Le Responsable d'Extra se demanda alors s'il était vraiment judicieux de poursuivre cet entretien. Etait-ce simplement une réaction logique après ce qu'elle venait d'entendre ? Et serait-elle finalement une personne de confiance ? Et puis, brusquement, elle ne semblait plus trop l'apprécier. Sincèrement, cela, il n'en avait royalement que faire. Sa réputation au CST le précédait magnifiquement, et peu lui importait qu'on l'aimât ou non. Il était possible qu'un jour, elle puisse finalement l'apprécier pour qui il était et pour le travail qu'il effectuait au sein du Conseil, mais en attendant, elle commençait doucereusement à apprendre qu'il valait mieux faire attention aux mots et aux actions qu'on employait envers Archivald. Et ce quelque fut le rang qu'on possédât. Si l'homme avait été lui même dirigeant d'un quelconque pays, il aurait certainement eu toute ses chances de faire lui même partie du Haut-Conseil. Mais peu lui importait, à vrai dire. Il était certain que sur les dossiers du CST le concernant, figurait le rang de Responsable d'Extra, mais ce simple poste lui laissait déjà le total libre passe dans l'ensemble de l'infrastructure et d'une emprise certaine sur celle-ci. Mais surtout, son rang lui permettait d'assister à presque toutes les réunions officielles et officieuses du Haut-Conseil. Quant à celles qu'il manquait, elle lui était aussitôt directement retransmise par Aiden Leicester en personne. 

Alice Von Holstein ne réalisait pas encore tout ceci, et c'était délicieusement divin de pouvoir la faire marcher sur ce fil si fragile et d'être le premier spectateur de son sentiment d'outrance. Archivald n'était pas un sadique, non ! Mais il avait astucieusement apprit à tirer les ficelles et à ne pas être celui qu'on manipulait, car il savait pertinemment que c'était la seule manière de réussir et de disposer de toutes les informations et du pouvoir qu'il avait besoin. 

La jeune femme, quant à elle, apprendrait bientôt à ses dépends que le Responsable de l'Unité Extra n'était pas simplement le dirigeant d'une ville de mutant. Il était également une des personnes influentes en ces lieux qui oeuvrait sans relâche aux solides fondations du Conseil Supérieur Terrestre lui même.

- Votre réaction m'amuse ! Tout ceci n'était guère dans le but de faire de vous mon ennemi. Mais si vous n'êtes simplement pas capable de comprendre la raison de ces agissements, je crains de ne pouvoir soulager votre colère. Et pour être franc, je n'en tout simplement pas l'envie. Sachez que je ne suis ici ni pour faire ami-ami avec vous, ni pour entamer une pseudo-guerre ridicule qui gaspillerait certainement plus mon temps qu'elle ne le comblerait. J'ai tout bonnement agit comme mon devoir m'en incombait. J'irais même jusqu'à dire que ma, sans aucun doute, sainte paranoïa m'a clairement poussé à le faire.

Archivald marqua une douce pause, son regard désormais dur et glacial plongé sans ciller dans celui de la nouvelle Haute-Conseillère. Il se leva et poursuivit avant même de lui laisser le temps de lui répondre :

- Rat de laboratoire, me dites-vous ? Nous croyiez vous assez sot pour avoir eu la fâcheuse idiotie de faire de six jeunes adolescents des cobayes sans aucune permissions ? Et vous trouvez donc cela si inapproprié ? Le CST a obtenu des permissions officielles des familles de ces enfants, et l'accord de ces derniers, pour effectuer les tests. Il ne s'agit donc plus de travailler hors des lois. Lorsqu'un nouveau médicament pour telle ou telle maladie voie le jour, et que les différentes sociétés pharmaceutiques à travers le monde recrutent des personnes qui accepteraient de les tester, avant qu'ils ne soient publiquement mit à dispositions des patients, vous viendrez donc là aussi me dire que c'est d'une horreur exécrable ? Car le cas que je viens de citer est exactement identique à celui effectué il y a douze ans ! Appellerez vous ces gens des rats de laboratoires, également ? Je pense donc avoir été clair à ce sujet !

Archivald venait de dire tout ceci sans l'ombre d'une seule émotion négative. Son visage, ses gestes, étaient promptement clos, et seul ses yeux froid et perçant dévoilait son sentiment d’aberration. Même ses mots étaient calculateurs au possible, et ses exemples étaient dangereusement tranchant. Il pouvait accepter qu'un Dirigeant au Haut-Conseil désapprouve sa façon d'être. Et cela, il s'en fichait, ce n'était pas comme si quelqu'un avait le pouvoir de lui dicter sa conduite. Mais que cette femme soit ouvertement en total désaccord avec les agissements du CST, ça il ne saurait l'endurer. C'était inconvenant et il valait sûrement mieux qu'elle change de stratégie si elle souhaitait rester à son poste.

Archivald continua donc d'un ton plus posé et doux. Il ne servait à rien de glacer ses phrases pendant des heures et des heures. Elle avait sans nul doute déjà compris la position de l'homme envers toute cette histoire.

- Je parle en effet de téléportation, de télékinésie et j'en passe ! Et oui, effectivement, tout ceci a été soigneusement caché à l'intégralité de la population terrienne. Soyez logique ! Si vous appreniez en tant que citoyenne lambda que Le Conseil Supérieur Terrestre venait de mettre au point une formule permettant de faire acquérir à des gens ordinaires des capacités extraordinaires, comment réagiriez vous ? Ce serait l'apocalyptique pagaille sur la planète toute entière.
Oui, malheureusement, nous avons perdu le fruit de nos recherches, et nous assumons parfaitement cette erreur. C'est bien pour cette raison que l'Unité Extra a été mit en place, et si nous avions par la suite mal fait notre boulot, je pense alors que la population mondiale aurait déjà été au courant de l'existence des Alphas et des Omegas. Mais il n'en n'est rien !

Comme il s'y attendait, la dernière question de la jeune femme fut qu'il lui montrât ses capacités. Ce n'était guère un problème pour Archivald. Il détenait ses pouvoirs depuis assez longtemps pour s'en servir à sa guise.

- Si vous y tenez vraiment, je ne voit pas d'inconvénient. Mais sachez que ce que je suis capable de faire n'est actuellement pas possible pour l'intégralités des personnes éveillés. Comme je vous l'ai précédemment expliqué, mes capacités sont apparut il y a huit ans. Hors, les premières personnes à s'être éveillés ensuite le furent il y a seulement quelques mois. A ce jour, mon dossier d'Omega recense trois facultés. La première, l'hydrokinésie, que je maîtrise complètement.

Sur ce mots, il se dirigea vers la fontaine centrale qu'ils avaient tout deux admiré quelques heures plus tôt. Il tendit les mains vers cette dernière, se laissa son esprit couler silencieusement dans un flot d'émotions stupéfiante, puis l'énergie afflua soudainement et l'eau commença à s'élever dans les airs, traçant un arc de cercle parfait. L'homme le malaxa ensuite afin de créer un magnifique dragon serpent aquatique qui se dirigea vers Alice, et se mit à lui tourner autour, avant de replonger dans le bassin, provoquant un éclat d'eau incroyable. Archivald dit alors :

- Ma deuxième capacité, non la moindre, me permet d'être où je le veux, quand je le veux. Bien que n'ayant pas encore l'entière emprise sur celle-ci, j'en suis à une maîtrise déjà bien avancée.

Il ponctua ces paroles d'une petite démonstration. Il y eut un petit claquement dans l'air, et Archivald disparut soudainement pour réapparaître une fraction de seconde plus tard aux côtés de la jeune femme, produisant ainsi un second claquement. Sa cape se souleva un instant, avant de retomber doucement sur son dos. 

- Quand à mon troisième pouvoir, je le qualifierait de très complémentaire envers le premier. Il m'est apparut il y a un an, et je commence à le maîtriser doucement. Mais j'ai encore beaucoup de travail avec ce dernier. Il s'agit de l'électrokinésie, ou la capacité d'user de l'électricité environnante, que ce soit dans l'air ou dans les personnes qui m'entoure. Regardez !

Archivald étendit vivement la main vers un lampadaire situé près de la fontaine. Il y eut un craquement assourdissant, tel un coup de tonnerre, et un éclair jaillit et fusa vers l'eau, qui émit soudainement une lueur blanchâtre, tandis que des filaments d'électricité rebondissaient à sa surface. 
Archivald se tourna vers Alice, et attendit sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Le meilleur reste à venir (PV Archival Mc'Vallen)   Ven 8 Aoû - 13:15

Alice écouta avec attention Archivald lorsqu’il répondit à ses remarques. Elle analysait son discours, et à travers celui-ci la stratégie déployée par le CST depuis bien des années maintenant, les failles et les réussites possibles. Son esprit de dirigeante accomplie reprenait le dessus.
Lorsqu’Archivald fit la démonstration de ses capacités spéciales, la nervosité laissa place à une sorte d’émerveillement. Elle sourit telle une petite fille dans une fête foraine tandis que le dragon d’eau circulait autour d’elle. Elle applaudit intérieurement, lorsque l’éclair jaillit de la fontaine, comme on applaudit le magicien d’un spectacle enchanté.
 
Cette démonstration faite, la jeune femme resta silencieuse un moment. Le masque d’autorité et d’impassibilité qu’elle se forgeait s’était bel et bien fissuré devant les révélations auxquelles elle avait été confrontée ces 10 dernières minutes. Archivald l’avait vue vulnérable et anxieuse. Mais la belle se reprenait. Doucement mais sûrement, son assurance et sa grâce se ravivaient, tel le Phoenix qui se régénère. Rares avaient été les moments où Alice s’était laissée ainsi emporter, et rare ils seraient dans l’avenir.
 
Visiblement, le mode d’organisation du CST laissait une place très importante à la hiérarchie, et Alice cru déceler chez Archivald un malaise relatif à cet état de fait. Il semblait bien déterminé à faire savoir à Alice la place que lui-même occupait ici. Nul besoin, pourtant, car Alice en était parfaitement consciente et l’avait accepté sans rechigner. Dans son pays d’origine, au Danemark, l’accent était davantage mis sur la complémentarité de chacun dans la société. Les luttes d’autorité étaient perçues comme puériles et contre-productives. Dès lors, la jeune danoise avait deux solutions. La première consistait à rassurer Archivald en lui signifiant qu’Alice savait le caractère indispensable de son travail, et la valeur ajoutée qu’il conférait au CST par ses compétences, son charisme et son expérience. La seconde solution serait plus brutale. Il s’agissait de s’engouffrer dans la brèche créée par Archivald, en prenant part à la lutte de pouvoir qui semblait s’établir entre les deux responsables. La belle blonde pourrait ainsi manifester à Archivald la pertinence de sa fonction de Haute Représentante, et surtout sa propre valeur ajoutée au CST.
 
Si la von Holstein préférait, d’instinct, la première solution, plus en accord avec les principes et les valeurs auxquels elle avait été habituée, elle estima qu’il serait plus utile, à l’instant t, de se faire valoir auprès de son interlocuteur. Il avait le regard et le ton de ceux qui participent depuis des années à une structure bien établie, et qui se forgent un à priori négatif sur les nouveaux arrivants. Mais Alice n’était justement pas nouvelle. L’esprit bien fait, l’expérience riche, c’est son talent qui l’avait menée là ou elle était.
 
Jetant à nouveau un regard aux photos des adolescents, la jeune femme répliqua.
 
Monsieur Mc’Vallen. je considèrerais ces enfants comme des rats de laboratoires jusqu’à ce que j’ai pris connaissance du dossier intégral de leur suivi. Je vous remercierais bien de me le faire suivre dès que possible.
 
Elle marqua une pause, et plongea son regard dans celui d’Archivald.
 
Vous savez bien comme moi que l’argent peut tout acheter. Y compris le consentement de jeunes adolescents ou de leur parents. Le monde dans lequel nous vivons est triste. La plupart des gens sont désespérés. Ils ont l’impression que le quotidien est répétitif et fade. Ils triment des heures pour arriver à peine à joindre les deux bouts. Ils n’ont plus confiance en leur avenir. Ils sont désillusionnés. Vous opinez qu’une révélation comme celle que vous m’avez faite déclencherait la panique, je considère qu’elle pourrait au contraire redonner espoir à l’humanité.
 
Sans lui laisser le temps de répondre, la jeune femme se leva, ramassa son sac à main, et lança, d’une manière à la fois irrésistiblement douce et indéniablement sévère ; une main de fer dans un gant de velours :
 
N’oubliez pas une chose. Vous êtes ici car vous avez été recruté. Je suis ici car j’ai été élue. Je représente 46 gouvernements participant à la première aire économique mondiale, mais surtout 600 millions de personnes, et très certainement une manière de penser qui peut être différente de la votre.
 

Alice releva la tête, signifiant ainsi que la conversation avait pris fin. Elle se dirigeant vers la sortie du grand square sous-marin en faisant claquer ses talons d’un pas assuré mais laissant largement à Archivald le temps de la rejoindre. Elle avait été sèche et autoritaire sur ses derniers mots. Elle en était consciente. Mais le dosage serait adéquat, plus tard, lorsqu’après avoir forcé Archivald à reconnaître ses propres qualités, elle reconnaîtrait à son tour les vertus du responsable de l’Unité Extra. Chaque chose en son temps.
Revenir en haut Aller en bas
Responsable Extra
Messages : 46
Expérience : 71
Date d'inscription : 30/04/2014

Feuille de personnage
Liens:
Doubles comptes:
MessageSujet: Re: Le meilleur reste à venir (PV Archival Mc'Vallen)   Ven 8 Aoû - 17:39

Archivald n'avait rien répondu tandis qu'il écoutait la tirade de la jeune femme blonde. En vérité, il souriait intérieurement. Il s'avérait qu'il avait trouvé en Alice une sorte d'adversaire à sa mesure, et la voir répliquer d'une façon aussi explicite de son statut le fit jubiler. Elle était bien loin de la vérité ! Certes, elle avait raison sur un point : il avait été recruté. Or, bien qu'elle-même ait été " élue ", elle ne savait pas encore dans quoi elle s'engageait. Pis encore, Archivald avait apprit avec l'expérience que les membres du Haut-Conseil, à l'exception de certain, ne contrôlaient rien du tout. Bien que ces personnes détenait ce statut et s'évertuaient à le distinguer, ils ne réalisaient pas qu'ils n'étaient en réalité que les pantins d'une affaire qui les dépassaient complètement. Etait-ce son cerveau évolué qui lui avait permit de comprendre ceci ? Il n'aurait su répondre à cette question. Mais toujours était-il qu'il avait réaliser depuis un moment déjà qu'il y avait autre chose... Ou quelqu'un d'autre, derrière tout ça. Sans trop savoir pourquoi, son caractère s'était forgé suite à ce doute total qui s'insinuait en lui : le CST... ne semblait qu'une couverture. Mais par qui, et pour quel dessein ? Les réponses se trouvaient plongés dans un flou complet. 

Une fois que la jeune femme eut tenté, vainement il fallait l'avouer, de faire valoir son statut, elle se leva et leva le camps, tout en laissant assez de marge au Responsable pour la rejoindre. Peut-être avait-elle fini de parler... Mais en ce qui le concernait, il avait deux trois détails à préciser. Il la rattrapa donc tranquillement et lui fit :

- Maintenant que vous avez terminé votre, forte intéressante, justification, je tiens à vous avertir d'une chose : je ne suis guère votre larbin, et mon poste ne résulte pas à satisfaire les besoins et les caprices des, hautement distingués, membres du Haut-Conseil. Je ne suis pas fidèle à vous, mon dévouement se porte à l'Unité Extra, ainsi qu'à ses membres. J'ajouterais également envers Aiden Leicester, mais lui et moi, c'est une histoire vieille de 8 ans. Je préciserais aussi que la comparaison est tellement dérisoire face aux membres pour la plupart séniles avant l'âge et sans aucune compréhension de ce qui les entoure du Haut-Conseil.

Archivald laissa planer quelques instants cette mystérieuse dernière phase qu'il venait de prononcer. Puis il poursuivit :

- Si vous avez besoin de quoi que ce soit, vous aurez à votre disposition vos secrétaires personnels. Quant à ce qui touche le projet A, quelques personnes triées sur le tas au sein des secteurs de la recherches, de l'information et de la communication, sont au courant de ce dernier et ce sont à eux qu'il vous faudra charger de vous transmettre l'information. Ne croyez certainement pas que je viendrais loyalement taper à la porte de votre bureau afin de vous apporter le dossier accompagné d'une quelconque boisson chaude. dit-il avec un sourire sans aucune chaleur. 

Enfin, Archivald réajusta son vêtement, s'avança vers le téléporteur, et se retourna quelques instants avant de conclure :

- En ce qui concerne la population, que vous ayez raison ou tord, cela n'a pas d'importance. Cette décision est à des lieux de résulter d'une seule et unique personne. Encore moins quand celle-ci était encore dans l'ignorance quelques minutes auparavant. encore un sourire froid qui démontrait bien l'accent polie teinté d'ironie. Aussi, vous avez certainement été " élue ". l'homme insista sur ce dernier mot, ce qui prenait tout son sens... Possiblement pas pour elle. Et il est vrai que j'ai été recruté. Mais n'allez pas imaginer que le statut que vous possédez aujourd'hui vous donne un quelconque pouvoir sur moi. Nous avons deux postes indéniablement différent. Et tandis que le votre donne publiquement l'image actuelle du CST, le mien reste intégralement à l'ombre de tout regard. Cependant, je ne suis tenu sous aucune ignorance des moindres agissements du CST et de ses membres. Et mon opinion et ma voix importe tout autant. Mais vous vous en apercevrez certainement lors de notre prochaine rencontre durant la future réunion dans la salle du Haut-conseil, lorsque vous prendrez entièrement vos fonctions face à l'assemblée ! les yeux d'Archivald devinrent un peu plus rieur. Et sachez que vos propres actions et vos paroles ne me seront pas inconnue, je peux avoir des yeux et des oreilles n'importe où si je le souhaite. Mais j'ai tout de même réalisé que vous l'avez bien compris. Et je m'excuserais par avance pour la façon peut-être un peu trop tranchante de vous avoir dit les choses. Il me semblait avoir face à moi une personne de caractère, qui possédait la même manière d'agir et le même tempérament que moi. J'espère que cette altercation n'était qu'une seconde d'éparpillement, je serais légèrement déçu, sinon. Je vais être honnête avec vous, quand je vous ai rencontré, je me suis tout de suite prit à penser que vous étiez une personne forte intéressante et que votre attitude me plaisait. 

Puis il se détourna, sans manquer de plonger son regard pénétrant dans celui d'Alice Von Holstein, et mit un pied dans le téléporteur.

- Ah oui ! J'oubliais ! J'espère que le voyage vers le CST vous sera plus agréable cette fois-ci ! Je suis certain qu'avec votre force de caractère, vous serez en mesure de surmonter ça très rapidement.

Il lui adressa un nouveau sourire, un peu plus amical, avant de pénétrer dans le dôme blanc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar
Invité
MessageSujet: Re: Le meilleur reste à venir (PV Archival Mc'Vallen)   Ven 29 Aoû - 18:57

Alice se contenta d'observer d'un regard gentillet le jeune homme alors qu'il s'évertuait une fois encore à prouver l'égalité de leurs postes hiérarchiques, tantôt en insistant sur ses propres devoirs, tantôt en limitant la portée de la nomination de la Haute-Conseillère. Devait-elle lui faire comprendre qu'elle y consentait parfaitement ? Non, ce serait mettre en oeuvre de manière trop précoce la seconde partie du plan relationnel qu'elle avait choisi d'instaurer avec Archivald. 

Elle se tut donc. A vrai dire, elle avait été claire lors de sa précédente intervention, et n'avait rien à ajouter. Les faits étaient là. Sa place résultait bien d'une élection, et elle représentait bien les nombreux foyers qui composaient l'Europe, ses entreprises, ses valeurs. Elle n'avait que faire de savoir si les précédents Haut-Conseillers avaient pris leurs responsabilités comme on prend une retraite dorée. Elle n'était pas comme eux. Alice avait la trentaine, et une envie certaine d'exercer ce pourquoi elle était présente ici. Elle n'était pas le genre à suivre les us et coutumes d'un métier souvent corrompu, parfois incompétent et paresseux. Comme la plupart des tâches dans lesquelles elle se lançait, Alice y mettrait du coeur et de la volonté. Que ça ne plaise à ses collègues, peu importe, elle était là pour défendre l'éthique à l'européenne. Que ça dérange ses supérieurs, peu importe également, elle serait limogée mais sa conscience professionnelle resterait intacte. Et puis, quand bien même le revenu du labeur était conséquent, elle n'avait pas besoin de ça pour vivre.

Alors qu'Archivald montait dans le téléporteur, Alice se contenta donc de lui sourire.

A bientôt, Monsieur Mc'Vallen. Nos prochaines rencontres seront certainement moins tumultueuses.


Lui lança t'elle, se gardant bien d'indiquer s'il s'agissait là pour elle d'un soulagement ou bien au contraire d'une déception.


Une fois seule, elle jeta un oeil à son téléphone mobile, enfoui en "silencieux" dans son sac à mains, entre une liasse de documents et un flacon de parfum. 8 appels en absence. Ceux là devraient attendre. Elle devait en effet intervenir dans une conférence téléphonique entre Berlin et Paris. Le pas gracieux, elle entra dans le téléporteur. Elle ne sut si son corps s'était déjà habitué à ce transport, ou si la formidable détermination des von Holstein l'avait préservée de tout incident, mais la "traversée" fut tout à fait confortable. Le meilleur était à venir, c'est certain, mais le pire, quant à lui, semblait être passé.




(Suite vers ___ )
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le meilleur reste à venir (PV Archival Mc'Vallen)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le meilleur reste à venir (PV Archival Mc'Vallen)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'avenir dira le reste.
» Fait venir un démon
» Votre meilleur trade et votre pire!
» La meilleur façon de se reposer pour un feignant, c'est de travailler [ En cours ]
» Ryan Bradford ► Devenir meilleur ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Extraordinary Special Agency :: RP terminés / abandonnés-