AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un entretien sans demi-mesure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Responsable Extra
Messages : 46
Expérience : 71
Date d'inscription : 30/04/2014

Feuille de personnage
Liens:
Doubles comptes:
MessageSujet: Un entretien sans demi-mesure   Dim 10 Aoû - 17:16

Quand Archivald réapparut au CST, la journée venait déjà de s'être bien étendu, et la nuit pointait presque le bout de son nez. La visite du CST et de l'Océano Park avec Alice Von Holstein avait durer beaucoup plus longtemps que prévu, et l'homme n'était pas peu ravi d'en avoir enfin terminé avec ça. Non pas qu'il avait déprécier cette rencontre, qu'il qualifiait de " très charmante " mais la personne avec qui il avait rendez-vous cette fois-ci l'enthousiasmait - si l'on puis dire - beaucoup plus. Archivald avait reçu un message d'Aiden, tôt dans la matinée, le conviant de le rejoindre dans ses appartements afin de discuter de certaines choses, y comprit d'Alice et de son intronisation. 

L'homme sortit du téléporteur d'un pas assuré, et quitta la large pièce circulaire dans lequel il était disposé. Sa cape noire et bleu réajustée sciemment, épousant délicatement ses épaules carrées et son dos bien droit. Il marchait avec discipline et son regard ne s'attarda sur aucun des employés qui passaient pressement près de lui en bredouillant " des bonsoirs " à peine audibles. Les personnes incapables de lui faire franchement face ne l'intéressait pas. Lui, il allait directement à l'essentiel. Et dans cette mesure, il se rendait auprès du Haut-Conseiller. 

En empruntant l'un des nombreux couloirs du Secteur de l'Information, il ne manqua pas de saluer Zulterwick, cependant. Cet homme, bien qu'Archivald ne l'appréciait en aucun cas, était respectable pour le boulot qu'il entreprenait. Et même si le rang de cet homme " chauve-souris " était quelque peu dérisoire, il était l'un des rares à s'écarter lorsque le chef de l'Unité Extra arrivait. Et en cela, l'homme approuvait. Seules les personnes fortes et audacieuses réussissaient. Quant à ceux qui passaient leur temps à être gentil et à tenter vainement de faire du bon boulot pour recevoir les compliments de leurs responsables... ceux-là ne finissaient pas bien loin, malheureusement !

Archivald Mc'Vallen atteignit enfin les quartiers résidentiels du CST. Il grimpa quelques étages et termina sa balade devant une large porte ombragée en bois massif. Deux gardes attendaient fièrement devant, la tenue impeccable et sans une once de sourire. Mais Archivald n'avait rien à leur envier. D'une taille identique, même sa carrure ne ternissait guère face à eux. l'Homme resserra sa chemise bleue cyan au niveau de la taille, déboutonna les deux premiers boutons du col afin d'adopter une allure légèrement plus décontractée, et s'avança vers les deux gardes. Ils semblaient s'attendre à sa venue, car ils s'écartèrent aussitôt, sans manquer cependant de le saluer poliment. Archivald leur rendit la pareille, puis sans attendre davantage, il releva la manche droite et tapa trois coup à la porte. Il attendit ainsi qu'Aiden vint lui ouvrir, tout en se passant distraitement la main sur la nuque, l'autre se distrayant tranquillement en faisant tournoyer une plume entre ses doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haut-conseil
Messages : 10
Expérience : 61
Date d'inscription : 28/03/2014

Feuille de personnage
Liens:
Doubles comptes:
MessageSujet: Re: Un entretien sans demi-mesure   Dim 10 Aoû - 18:29

Après s’être rafraîchit le visage, de retour dans le salon spacieux et agréablement décoré le Haut-Conseiller était plongé dans la lecture attentive du rapport de Zulterwick. Il avait du temps, il le savait, ayant reçu un message d’Archivald lui signalant son retard. Il était vrai que la Haute-Conseillère Von Holstein était arrivée à New Island. Il ne la rencontrerait officiellement que le lendemain, mais il ne s’agissait là que d’une formalité. En effet, il avait étudié avec la plus grande minutie le dossier d’Alice Von Holstein bien avant son élection. Avoir chargé Archivald de la visite serait probablement à double tranchant. Il était cependant trop tôt pour s’en inquiéter.
Aiden était assis sur l’un des deux fauteuils en cuir blanc qui faisaient face à un canapé assorti, séparés par une table basse en verre. Un bar en sorbier finement ouvragé occupait agréablement un mur du salon. Face à l’immense baie vitrée qui donnait sur l’océan, se trouvait un piano à queue lustré. Aiden en jouait depuis l’âge de six ans et c’était là la seule façon qu’il connaissait de se détendre au CST. Sur les murs ont pouvait admirer de nombreux tableaux d’art modernes. A vrai dire, la pièce ressemblait plus à une galerie d’art qu’aux appartements d’un Conseiller.
Après avoir terminé la lecture du dossier, laissant la tablette sur la table basse à côté d’un dossier papier, l’homme se leva et se dirigea vers le piano. Debout, ses doigts effleurèrent le bois vernis de noir. Son regard se perdit dans la contemplation des vagues éclairées par une lune gibbeuse et la lueur des étoiles naissantes. Il resta ainsi plusieurs minutes. Il aurait pu tout aussi bien être de cire ou de grès, seule sa respiration trahissait la vie en lui.

Le jeune Conseiller revint à lui quelques secondes avant que des coups ne soient frappés à sa porte. Un sourire nostalgique, vestige de ces derniers instants, était toujous dessiné sur ses lèvres fines alors qu’il s’avançait pour laisser entrer celui qui encadrait l’unité Extra. Aiden portait toujours ses vêtements de travail. Après avoir enlevé la veste en rentrant, il s’était également séparé de sa cravate, avait déboutonné le col de sa chemise et remonté les manches de celle-ci. Il ne s’embarrassait pas de son formalisme habituel lors de ses entretiens avec Archivald. Il ouvrit la porte et ses pupilles émeraude se posèrent sur l’homme qu’il connaissait si bien.

« Monsieur Mc’Vallen. »


La voix d’Aiden était douce, calme et ferme. Il accompagna ces quelques mots d’une légère inclinaison de la tête. Le ton qu’il utilisait toujours, en variant très peu. Il n’était pas un homme qui dévoilait facilement ses émotions. En tout cas, pas en publique. Se retirant vers le salon, il laissa le soin à l’homme de le suivre et de refermer derrière lui. Sans se retourner Aiden désigna le canapé, invitant Archivald à prendre place.
« Je t’en prie. »
Ne s’asseyant pas lui même, le Haut-Conseiller se dirigea vers le bar. D’une bouteille en cristal, il versa un liquide ambré dans deux verres à whisky, eux aussi en cristal. Une de ses dernières acquisitions, un véritable plaisir gustatif : The Macallan, un single-malt de 62 ans d’âge. Ces deux verres en main, que Aiden revint vers Archivald, de sa démarche gracieuse et assurée. Après avoir offert un verre à son invité, Aiden s’assit dans le fauteuil qu’il avait quitté un peu plus tôt dans la soirée. Le verre porté à ses lèvres, ses yeux détaillaient le jeune homme. Impassible, comme à son habitude. Reposant avec douceur le scotch sur la table basse, son sourire s’étira légèrement.
« Comment te portes-tu, mon cher Archivald ? J’ai cru comprendre que tu as eu une journée bien remplie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Responsable Extra
Messages : 46
Expérience : 71
Date d'inscription : 30/04/2014

Feuille de personnage
Liens:
Doubles comptes:
MessageSujet: Re: Un entretien sans demi-mesure   Lun 11 Aoû - 23:03

Tandis qu'Archivald attendait patiemment dans le couloir, il sentit les regards des deux gardes posés sur lui. Il tourna la tête vers eux, et leur afficha un sourire ni amical, ni désagréable. L'Homme était doué pour ça. Pourtant, les deux blocs de glaces semblèrent comprendre le message, car ils détournèrent aussitôt les yeux et reprirent leur air fermé, fixant sans intérêt le mur face à eux. Diable qu'ils étaient à mourir d'ennuie. C'est alors que la porte d'entrée s'ouvrit et que la silhouette du Haut-Conseiller commença doucement à se dessiner. Enfin venait-il le libérer de cette atmosphère morbide et lassante. Aiden Leicester se tenait dans l'embrasure, un sourire simplement amical sur les lèvres, et l'invita à entrer. Le bel homme était encore vêtu de sa tenue de travail, quoiqu'il s'était en partie débarrassé des détails strictes qui incombaient à son rang. Il se présentait face à Archivald, dénudé de sa veste, le col de sa chemise déboutonné de la même manière que le Chef d'Extra et les manches retroussées sur ses bras musclés. Aiden était le genre d'homme qui, à l'instar d'Archivald, se tenait droit et fier, tout en faisant extrêmement attention aux différents détails de son apparence ainsi que de ses expressions. Son visage était légèrement fermé, comme à son habitude, bien qu'il laissait subtilement transparaître son affection envers son invité. Ses yeux d'un vert émeraude, étincelant d'intelligence et de mystères, étaient posés sur Archivald. Son visage fin et bien dessiné révélait une barbe taillée avec minutie et lui donnait cet air imposant qu'il aurait put tout aussi bien manquer en l'absence de celle-ci... Enfin... Son tempérament et la justesse de ses mots suffisaient amplement pour cela.

- Bonsoir, Monsieur Leicester !

Répondit Archivald avec un franc sourire, la première vraie marque de sympathie de la journée. La porte refermée derrière lui, l'homme se sentit soudainement bien. Il y avait toujours cette atmosphère sereine, lorsqu'ils se trouvaient tous les deux ensemble, et il n'y avait pas de faux semblant. Du moins en ce qui concernaient Archivald, bien que depuis quelques temps déjà, il se posait quelques questions envers son ami Aiden. Des indices, par-ci par-là, ou peut-être l'instinct et le sens de compréhension du Responsable. Quoi qu'il en fut, l'homme avait comprit qu'Aiden cachaient des choses, même à lui. Mais peu importaient ces dernières, il avait cette confiance envers le Haut-Conseiller qui l'empêchait de le voir sous ses mauvais côtés. Il en était arrivé à la conclusion que si Aiden était mêlé à une quelconque sombre affaire, c'était sans aucun doute avec de bonnes intentions.
Toutefois, le Responsable ne doutait pas de la sincérité de l'amitié qu'ils entretenaient tout deux.

Archivald pénétra dans les appartements du Haut-Conseiller, d'un pas calme et léger. Il connaissait bien ce magnifique endroit. La pièce principale faisait plus référence à un musée chic et au goût bien défini, plutôt qu'à un lieu de vie. Mais cette atmosphère cultivée et raffinée plaisait à Archivald. Les murs étaient blanc, le bar était blanc, les fauteuils également, ainsi que le canapé assorti. Tout était d'un blanc contrasté du noir de certains éléments. Tel que le piano à queue, par exemple. Ce dernier était une relique unique, qui avait avec certitude coûté une bonne somme d'argent. Il était splendide, et trônait là, dans un coin du salon, tel le roi observant sa cour. 

Aiden l'invita à s'asseoir. Archivald défit sa cape, qu'il suspendit sur le porte-manteau en bois d'orme disposé près de la porte d'entrée. Ce dernier était d'une couleur beige légèrement crème, et se mariait également à la perfection avec l'ensemble des ornements de l'appartement. N'importe qui entrerait ici se sentirait oppressé par la richesse et le goût du détail de son propriétaire. Archivald, lui, se sentait on ne pouvait plus à l'aise. 
En partie dévêtu, il s'assit doucement dans l'un des fauteuils, parfaitement détendu. Il croisa ses jambes, et posa le bras droit sur l'accoudoir, ses doigts commençant silencieusement à tapoter le cuir, mimant une mélodie simple et dépourvue de folie. Aiden quant à lui s'en alla leur servir deux verres d'un liquide ambré dont la couleur ravit fortement le Chef de l'Unité extra. Non seulement le Haut-Conseiller savait choisir son mobilier, mais il avait également le don pour trouver les meilleurs produits à déguster. 

Aiden s'installa finalement et plongeant son regard dans celui du Responsable, il entama la discussion. Les traits d'Archivald toujours ancré sous son masque impassible se détendirent légèrement. Il fallait noter, étrangement, que bien qu'il appréciait en tout point son interlocuteur, l'homme ne se séparait jamais entièrement de son attitude calme et froide, et ses yeux brillaient d'un éclat d'intelligence et d'observation permanent. En cela, Archivald n'y pouvait rien. Il était devenu ainsi, mais il savait fort bien qu'Aiden le comprenait. Ce dernier y était habitué et ne devait sûrement pas douté des sincères sentiments d'Archivald à son égard. 

- Je ne m'avancerais pas à dire que je me porte bien ! Je préférerais dire que rien de fâcheux ne m'est arrivé aujourd'hui ! Ce qui est une bien bonne nouvelle, compte tenu du fait que nous sommes entourés d'employés incapables et que mes propres assistants ne sont pas fichus de faire leur boulot correctement du début à la fin ne serait-ce qu'une journée dans l'année.

Soudain, Archivald ria de bon coeur. Il devait sembler étrange d'entendre un tel son sortir de la bouche de cet homme que rien ne venait ébranler la carapace dure et froide. Pourtant, à cet instant, même ses yeux s'étaient plissés en une mimique de gaieté. L'homme toussota et se reprit, un petit sourire toujours dessiné sur les lèvres.

- J'ai effectivement rencontré Alice Von Holstein aujourd'hui, pour la visite du CST et de l'Océano Park. Je dois avouer que la femme qui nous a rejoint est d'une beauté et d'une classe olympique. Elle me plait bien ! Dans le sens ou je sens qu'elle a le caractère et la répartie qu'un membre du Haut-Conseil a besoin ! Cependant, je pense également que tu auras du fil à retordre avec elle ! Elle est trop ancrée dans les valeurs que son pays lui a inculqué, et semble ne partager que des avis négatifs envers nos méthodes, et plus encore envers le Projet A. Je lui en ai parlé comme tu me l'avait demandé, mais sa réaction m'a quelque peu déçu ! Cependant, je pense que c'est à ton tour de la travailler, et je ne doute pas qu'une fois qu'elle t'aura rencontré, elle changera d'opinion. 

Sur ces mots, il prit le verre qu'Aiden lui avait proposé quelques minutes auparavant et approcha délicatement le liquide à l'odeur forte et enivrante de ses lèvres. Archivald émit un petit soupir de contentement, reposa le verre sur la table basse en verre et croisa les doigts sur ses genoux, les yeux franchement fixé dans ceux éclatant d'Aiden Leicester.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haut-conseil
Messages : 10
Expérience : 61
Date d'inscription : 28/03/2014

Feuille de personnage
Liens:
Doubles comptes:
MessageSujet: Re: Un entretien sans demi-mesure   Mar 12 Aoû - 1:53

La lune argenté avait progressé dans le ciel étoilée et on pouvait maintenant la voir surplombant la baie, ainsi que son reflet diaphane, tourmenté par l’écume des vagues. Les deux hommes se faisaient face, détendus, dans la galerie d’art moderne. La lumière tamisée aidait à créer cette atmosphère où régnait une certaine intimité. D’aucuns auraient pensé à une soirée entre amis de longue date –et n’auraient pas tord – si ce n’était l’impassibilité des visages de ces deux hommes qui se ressemblaient énormément. Pourtant, ils semblaient l’un comme l’autre parfaitement à leur aise dans ce cadre peu commun.
Le jeune Conseiller écouta avec attention les paroles d’Archivald. Son expression ne changea pas, si ce n’était peut être un léger sourire en coin lorsque son invité s’esclaffa. Les pupilles d’Aiden n’avaient pas bougées, rivées sur le responsable de l’unité Extra, pendant tout l’exposé de celui-ci. Elles le scrutaient intensément. Il était bon d’avoir le compte rendu et les impressions d’Archivald juste après son entretien avec la nouvelle venue. Bien entendu, tout s’était déroulé exactement comme prévu. Il connaissait Archivald depuis huit années et avait eu le temps d’apprendre et de comprendre son fonctionnement. Quant à la jeune danoise, elle ne lui était pas si étrangère. Il saurait s’en accommoder en temps et en heures.
Quand l’homme eut terminé, il l’observa encore quelques secondes sans réagir d’avantage. Il s’assurait ainsi que son ami n’ait rien de plus à lui livrer. Un sourire énigmatique se dessina sur son visage alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole. Ses yeux avaient un éclat plus marqué et reflétaient un certain amusement.
« Tu ne devrais pas te moquer ainsi de tes subalternes, Archivald. Ils font leur travail du mieux qu’ils le peuvent. Tu ne peux pas espérer d’eux un travail exemplaire s’ils ne se sentent pas reconnus. Montre-leurs de la reconnaissance et de l’intérêt et tu récolteras leurs durs labeurs et leur respect. »
La voix d’Aiden était semblable à ce qu’elle était toujours, c’est-à-dire douce, calme et ferme. Pourtant, on pouvait y déceler une certaine tendresse. Il s’arrêta un moment pour juger de la réaction d’Archivald. Ce n’était pas la première fois qu’il lui en parlait, mais ce n’était pas le genre de ce grand brun. Voilà tout. C’était dommage. Gouverner était bien plus facile à l’aide de gants en velours qu’en revêtant une armure forgée. Il fallait maintenant aborder le sujet de la Conseillère Von Holstein. Elle avait fait bonne impression à Archivald – ce qui n’était pas une mince affaire. Il n’attendait pas moins d’elle. Le sérieux du jeune homme imprégnait de nouveau son visage.
« Mademoiselle Von Holstein semble correspondre à celle que nous attendions. Il s’agissait de notre meilleur candidat et, comme tu le sais, il n’a pas été aisé de s’assurer de son élection. Je pense qu’elle sera se montrer utile lorsque le moment sera venu. J’ai grand espoir qu’elle comprenne, en temps voulu, nos intentions et nous dévoile son véritable potentiel. »
Il avait simplement énoncé des faits, sans se départir de son visage impassible. Cependant, elle leur mènerait probablement la vie dure pendant un petit moment. Jusqu’à ce qu’elle comprenne la vraie nature du conseil et qu’elle s’y range ou qu’elle ne s’y perde. Les yeux d’Aiden devinrent soudainement plus sombres et ses traits se fermèrent l’espace de quelques secondes. Son regard n’avait pas dévié, il fixait toujours son invité. Lorsqu’il reprit, on ne décelait cependant nulle trace d’ombres dans sa voix.
« J’espère juste que tu n’as pas été trop théâtral. Je connais ton penchant pour le spectacle. Nous avons besoin d’elle. Et surtout, il serait désolant de devoir s’occuper d’elle comme de son prédécesseur. Les Conseillers européens ne font jamais long feu. »
Le jeune homme reprit une gorgée ambrée. Le liquide diffusait une douce sensation de chaleur depuis le creux de sa gorge. Son visage était de nouveau avenant, parfaitement serein et même... un peu amusé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Responsable Extra
Messages : 46
Expérience : 71
Date d'inscription : 30/04/2014

Feuille de personnage
Liens:
Doubles comptes:
MessageSujet: Re: Un entretien sans demi-mesure   Dim 17 Aoû - 15:07

Il y avait chez Aiden une facette qui plaisait bien à Archivald. C'était cette fascination qu'il avait envers le monde qui l'entourait. Parfois, il contemplait le ciel, délaissant involontairement les personnes près de lui, et semblait s'y perdre quelques instants, avant de revenir à la réalité d'une façon tellement spontanée et normale qu'il faisait passer ce moment d'égarement pour un événement qui ne s'était jamais produit. Archivald, quant à lui, se gardait bien de prêter attention à la beauté des paysages alentours. Bien entendu, il y avait l'exception de l'Océano Park. Mais il y était chez lui, c'était son jouet, sa fierté.

Tandis que le jeune homme fixait le Haut-Conseiller, ses yeux commençaient peu à peu à pétiller. Malgré le caractère dur d'Archivald et son air plein d'assurance, le pauvre ne tenait pas très bien l'alcool. Et ça... Aiden le savait fort bien. Il semblait même s'en amuser. Le Responsable ne lui en tenait pourtant pas rigueur, car il y avait ce sentiment de tendresse partagé qui révélait des réactions à part pour cet homme. Archivald ne broncha pas lorsque son interlocuteur lui fit part de son désapprobation envers la façon qu'il traitait ses assistants, ainsi que les autres employés du CST. Il savait en toute occurrence qu'il ne leur parlait pas avec sympathie et qu'il ne les considérait pas comme ils pourraient le mériter. Mais le jeune homme n'en n'avait que faire. Si Aiden avait su se faire respecter avec ses manières fines et distinguées, Archivald avait également réussi par le biais de son propre caractère, nettement plus tranchant et calculateur. Mais surtout, il savait utiliser les bons mots pour instaurer une forte entente avec les bonnes personnes.

Aiden lui fit part de ses propres impressions envers Alice Von Holstein. Le Chef d'Extra profita de ce moment pour terminer tranquillement son verre, la main toujours tranquillement posée sur l'accoudoir du fauteuil. Pendant tout ce temps, Archivald n'avait pas quitté Aiden du regard. Bien que ses yeux brillaient de plus en plus dû aux vapeurs d'alcool, ils restaient toutefois observateurs et pénétrants. Le jeune homme jaugeait le bel homme face à lui, en proie à divers sentiments contradictoires. Plus Archivald apprenait à connaître Aiden, plus il lui était facile de lire en lui - ce qui était très loin d'être une mince affaire - et malgré la forte attirance qu'il éprouvait étrangement envers lui, ses doutes quant à eux se solidifiaient incessamment. Aiden... Qui était-il, au fond ? Certes, depuis qu'Archivald le connaissait, il voyait devant lui ce personnage charmant et bienveillant, à l'intelligence indéniable et au charisme détonant. Pourtant, au fur et à mesure du temps, le jeune homme percevait chez lui des fissures, des instants subtilement courts mais toutefois présents, qui sonnait chez Archivald comme un miroir fait sur mesure mais qui ploie derrière des défauts parfaitement bien dissimulé. Plus encore, l'homme commençait à percevoir une attitude, un semblant, qui lui faisait ce méfier des apparences qui se voulaient très souvent trompeuses. Etait-ce un masque...? Qui était Aiden Leicester, cet homme a qui tout réussissait, et qui ne laissait paraître aucune fragilité, aucun défaut ?

Comme pour confirmer ses soupçons, Archivald ne rata pas le voile éthéré qui fila en un éclair dans les yeux verts de son ami. Ce dernier se reprit à peine une fraction de seconde plus tard, mais cela avait duré assez longtemps pour que le Responsable s'en aperçoive. Il scruta alors profondément le Haut-Conseiller, partagé entre ses sentiments pour lui et sa méfiance toute fraîche. Ce ne fut que lorsque Aiden prononça ses dernières paroles qu'il réalisa subitement que peu importait ce qu'il adviendrait, il ne pourrait s'empêcher de se tenir aux côtés de cet homme. C'était extrêmement étrange, il le concevait, mais une force qu'il avait laissé s'installer depuis déjà longtemps l'empêchait de s'en éloigner. Une attirance de feu et de glace. Des opposés qui provoquaient chez Archivald une tempête que nulle ne soupçonnerait compte tenue de sa froideur et de son cœur de pierre.

Archivald se sortit soudainement de sa rêverie, et comprit qu'elle n'avait pas échappé à Aiden. L'alcool... Elle avait le don de perturber le jeune homme. Son ami en profitait-il ? Son regard amusé semblait vouloir dire beaucoup. Le Responsable tenta de reprendre tant bien que mal une position plus droite et un visage plus fermé. C'était peine perdue, il ne pouvait s'empêcher de se perdre dans l'éclat mystérieux des yeux de l'homme assit face à lui. Laissant échapper un petit sourire d'allègement, il toussota et fit :

- Hummm... Je te prie de m'excuser, Aiden ! J'ai quelque peu du mal à me tenir, ce soir ! Le verre que tu nous as servi est... Assez fort en bouche... Et pour ma tête ! un petit rire étouffé s'échappa, qu'il essaya de contrôler. Boire n'est décidément pas adapté à ma personne. J'en perd mon sens des convenances et des réalités.

La dernière phrase qu'Archivald venait de prononcer sonnait comme un sous-entendu que lui seul pouvait comprendre. Il déposa son verre désespéramment vide sur la table basse, et se pencha légèrement pour attraper un mouchoir. Il s'essuya doucement le front qui ne luisait qu'à peine, mais comme chacun le savait, il était assez minutieux envers son apparence physique. Reprenant un peu contenance, il poursuivit :

- Je souhaitais également te faire part de quelques récentes informations qui me sont survenues ce matin. Je me suis mis en relation, il y a plusieurs mois, avec quelques personnes au sein du Secteur de Recherches, afin qu'ils se penchent sur la création d'un appareil ayant l'aptitude de détecter les Omegas en prenant en compte les différentes variations dans l'atmopshère et permettant de cibler l'endroit exact où elles se trouvent. Ceci, tu es bien évidemment au courant ! Archivald reprit sa respiration, tandis qu'il se forçait toujours à contenir l'étourdissement qui l'envahissait. Cependant, alors que les Omegas qui ont été détecté jusqu'à présent réagissaient dans un intervalle de 6 à 8 sur la balance, il s'est passé un événement peu commun hier soir. La mesure a tout simplement dépassé l'échelle maximale de 10, ce qui a temporairement fait planté l'appareil. Les chercheurs ont pourtant eu le temps de calculer les coordonnées possibles de la personne qui a, on ne sait comment, émit une telle variation. Il se pourrait qu'elle, ou il, se trouve non loin d'ici, en Californie. Les indications semblent désigner Los Angeles.

Archivald avait du mal à tenir son discours, ses oreilles n'ayant de cesse de bourdonner chaleureusement. Le jeune homme ne voulait pas s'imaginer l'amusement certain que devait ressentir Aiden Leicester à ce moment précis. Pourtant, il maintint son sérieux et conclu :

- Je voulais donc t'en faire part, et t'informer que je comptais me déplacer d'ici la fin de la semaine sur le terrain pour tenter de découvrir et de rencontrer cette personne !

Ce fut un soulagement pour le bel homme de finir sa phrase. Il avait l'impression d'être à la fois hors de l'espace, et pourtant les pieds bien sur Terre. Il releva le bras, et posa doucement sa tête, désormais légèrement penchée, au creux de sa main. Il observait Aiden, le visage désormais complètement détendu, un sourire lourd de sens sur les lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haut-conseil
Messages : 10
Expérience : 61
Date d'inscription : 28/03/2014

Feuille de personnage
Liens:
Doubles comptes:
MessageSujet: Re: Un entretien sans demi-mesure   Dim 17 Aoû - 17:28

Il était dur pour le Haut-Conseiller de ne pas s’amuser de l’état de son ami. L’alcool était une des rares faiblesses, si on pouvait parler ainsi, d’Archivald. Bien qu’il s’attendait à ce résultat, la rapidité d’action de l’alcool l’étonna quelque peu. D’autant que lui même ne souffrait aucunement des effets du délicieux breuvage, malgré son jeun de la journée. A ce propos,  Archivald s’était-il alimenté ou avait-il encore « oublié » ? Son expression se fit plus dur à cette pensée. Se négliger n’apportait, à termes, rien de bon. Et bien que l’homme ait une certaine propension à l’oublier, il n’avait pas entièrement transcendé sa condition d’homme. Aiden n’éprouvait aucune gêne à réprimander son bel ami s’il surprenait celui-ci à délaisser sa santé pour son travail. C’était donc avec un visage légèrement amusé, mais des yeux froids comme la glace, qu’il prit la parole.
« Ne t’en fais pas pour cela, Archivald. Personne dans ses appartements ne jugera tes manquements après avoir goûté un si bon scotch, et puis, j’ai déjà vu pire. »
Cette dernière phrase était pleine de sous-entendus et si un Aiden avait volontairement utilisé un ton amusé, lorsqu’il reprit le ton n’était plus à la plaisanterie et en devenait même menaçant.
« J’espère cependant que tu as pris la peine de dîner ce soir. Tu sais ce que je pense de ce genre de négligences. Veux-tu que je fasse préparer quelque chose ? »
La voix du jeune homme s’était quelque peu adoucie et avait reprit de sa tendresse naturelle à l’égard d’Archivald. Cependant, il ne comptait pas vraiment lui laisser le choix et ça, le responsable de l’Unité Extra devait s’y attendre. Aiden se montrait intransigeant dans ses décisions et peu osaient – ou pouvaient – lui tenir tête lorsqu’il enfilait le manteau du dirigeant. Il n’avait alors plus rien à voir avec le jeune jovial en apparence que l’on pouvait croiser dans les couloirs du Conseil Supérieur Terrestre.
L’expression de l’homme aux yeux émeraude changea de nouveau pour reprendre son masque habituel alors qu’il repensait aux autres paroles de son interlocuteur. Alors, la petite invention du secteur de la Recherche fonctionnait réellement ? Voilà qui était plutôt inattendu. Il allait devoir s’en occuper sans perdre de temps. Aiden ne pouvait se permettre des fuites concernant des « Omégas exceptionnels », pas encore. Mais bon, ça tombait plutôt bien : Archivald le croirait d’autant plus facilement.
Finissant son verre de Macallan, il le posa sur la table basse, tout en s’emparant du dossier papier, qui se trouvait là depuis le début de leur conversation. Un extrait du rapport de Zulterwick à l’intention d’Archivald. Il avait volontairement dépouillé le dossier d’un certain nombre d’informations qui n’étaient pour le moment pas indispensables à son ami. En fait, ce dossier ne contenait plus que les nouvelles identités des Six du projet Alphas, les informations civiles et scolaires les concernant et leurs localisations. Son regard se détacha de celui d’Archivald pour se poser avec une certaine lourdeur sur la pochette ocre, avant qu’il ne tende celle-ci au jeune homme.
Les verres vides en main, Aiden se leva, laissant ainsi à Archivald le temps de prendre connaissance du rapport. De retour au bar, tournant le dos à son hôte, il entreprit de leur servir un verre d’Armagnac hors d’âge, Delord 1931. Son ami aurait bien besoin de ça. Toujours affairé à sa tâche, il reprit la parole de son habituelle voix apaisante.
« Los Angeles, Californie ? On pouvait s’y attendre. J’imagine qu’il s’agit du patient numéro 2 : Stephen Hardison, renommé Stephen Ockley. »
De nouveaux verres en main – des verres à Armagnac sans pieds, aux formes épurées – le Haut-Conseiller revint en direction de la salle principale, tout en continuant de parler d’un ton léger, expliquant l’origine d’un tel document.
« Il semble que notre cher Zulterwick soit encore plus performant que ce qu’il ne laisse paraître. Il faudra penser à l’augmenter. Il semble qu’il ait découvert leurs identités il y a plusieurs mois, mais a voulu s’assurer de l’information avant de nous en faire part. Il me l’a annoncé cet après-midi. »
Offrant le verre à son invité, Aiden contourna la table basse pour s’asseoir. Il ne reprit pas sa place en face d’Archivald, mais rejoignit celui-ci sur le canapé. Le Conseiller s’installa confortablement, croisant les jambes, la cheville sur le genoux et tendant son gauche le long du canapé – passant sa main derrière la nuque d’Archivald, sans toutefois le toucher. Avec cette proximité et les dernières révélations d’Aiden, la scène avait gagné en intensité et en tension. Une atmosphère qui amusait étrangement l’homme uniquement trahit par ses prunelles vertes.
« Tout comme à Zulterwick, je te demanderai de garder le secret. J’en ferai part au Haut-Conseil lorsque je jugerai le moment adéquat. Ils n’ont pas à savoir ce qu’ils ne peuvent assumer. Tu sais comme moi comment cela pourrait se terminer. Il va également falloir que tu mettes fin aux actions du secteur de la Recherche. Si ce genre d’événements continue à apparaître, nous aurons du mal à limiter les fuites auprès des dirigeants qui s’intéressent un tant soit peu au projet. »
La menace n’était même pas cachée. Archivald n’ignorait rien du plan d’extermination des Omégas qui avait pris naissance après l’éveil de ceux-ci et avant l’arrivé d’Aiden. L’homme était après tout le premier survivant de cette triste période de l’histoire du CST, dirigé par un Haut-Conseil incompétent et incapable d’accepter la nouveauté. C’était avec un certain détachement et une surprenante proximité que le Conseilleur poursuivit.
« Qu’en penses-tu ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Un entretien sans demi-mesure   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un entretien sans demi-mesure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» présentation de demi lovato
» S.O S POUR LE RERETOUR ! APPORTONS NOS DIMES ET NOS OFFRANDES SANS MESURE !
» Le palais Sans-souci en Danger
» Il n'y pas de vie sans agriculture...
» Land des Gabions, un modèle de site pour les sans-abri

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Extraordinary Special Agency :: Les Amériques :: Amérique du Nord :: New Island :: Le CST :: Les appartements :: Suite de Aiden Leicester-